Vous avez dit «dealmaker»?

Monsieur le Premier Ministre,

Vous avez dit à Paris que vous étiez un dealmaker. Je veux bien, mais aviez-vous oublié que vous étiez le premier ministre du Québec et ultimement responsable de maintenir le caractère francophone de la population ?

Si le premier ministre publicise des expressions en anglais pour des motifs que lui seul connaît, quel est le message envoyé aux Québécois et aux Québécoises qui baignent continuellement dans un environnement dominé par l’anglais ?

Est-ce une forme de renoncement progressif ou est-ce tout simplement une erreur d’inattention ?

À vous de décider.
 

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

À voir en vidéo