Le leurre d’un premier ministre

Est-ce un avatar de l’ancien souverainiste qui a refait surface à Paris lors de la visite du premier ministre québécois en France ou a-t-il seulement voulu bomber le torse à l’Élysée ? Selon Le Devoir, M. Legault a dit au président de la République française Emmanuel Macron qu’il était le « seul chef d’État en Amérique du Nord représentant une majorité francophone ».

L’erreur de cette affirmation est de taille : M. Legault est ô combien loin de la marque. Le seul État en Amérique du Nord qui représente « une majorité francophone » n’a qu’un chef, ou plus exactement, une chef, la reine d’Angleterre. Mais le rappeler au chef d’État français aurait ravivé de douloureux souvenirs de la guerre de Sept Ans (appelée aussi la Conquête).

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

5 commentaires
  • Guy O'Bomsawin - Abonné 23 janvier 2019 08 h 42

    Oups...

    Il nous semble bien que la Reine d'Angleterre est en Europe, et non en Amérique du Nord. En ce sens, François Legault avait parfaitement raison.

  • Michel Lebel - Abonné 23 janvier 2019 08 h 51

    Pas fort en affaires constitutionnelles!

    F.Legault semble incapable de différencier entre un chef d'État et un chef de gouvernement. Comme le Québec n'est pas un État, seul le Canada est un État, dont le chef est la Reine Élisabeth II. Oui! Le chef caquiste est plus solide en ''affaires'' (son mentra) qu'en matière constitutionnelle.

    M.L.

    • Robert Beauchamp - Abonné 23 janvier 2019 10 h 52

      Le Québec n'est pas un état indépendant, mais cependant il est un État qui a le pouvoir de taxer et d'imposer. Province est un anglicisme.

  • Serge Lamarche - Abonné 23 janvier 2019 16 h 05

    Amusant

    Si on tient à mentionner la reine d'Angleterre, rappelons que celle-ci est aussi le chef d'état du pays le plus francophone d'Europe, i.e. la France elle-même. C'est en fait une des raisons qui justifiait les anglais à posséder la France pendant la guerre de cent ans.

  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 23 janvier 2019 21 h 19

    La mal nommée ''Province'' de Québec.

    Je reprends ici les propos de Jean-Marc Léger, Journaliste au Le Devoir (le 16 avril 2007) : ‘’Chaque francophone devrait savoir (et surtout les journalistes) que dans une fédération, dans un régime fédéral, les composantes sont des États et non pas des provinces, que cet usage constitue un énorme anglicisme, traduction littérale de «proveunce», et qu'il illustre une mentalité de conquis, de colonisés.

    Voici bientôt 45 ans, le premier ministre d'alors, Jean Lesage, avait le courage d'innover en la matière, de corriger enfin cette énorme faute, de parler de «l'ÉTAT» au lieu de la «province. Malheureusement, quelques années plus tard, on allait retomber dans la mauvaise habitude, dans le triste anglicisme. Quand donc nos médias cesseront-ils de parler de «la province de Québec» et diront-ils enfin «l'État du Québec», ou «le Québec», tout simplement? Quand dont le gouvernement lui-même et tout l'appareil de la fonction publique donneront-ils l'exemple en la matière

    Finira-t-on par savoir à Québec (et à Ottawa) qu'une fédération est formée d'États et non pas de prétendues «provinces?’’