Ma voisine marie-jeanne

Je ne consomme pas de marijuana. Par contre, mon abstinence n’est pas partagée par tous les locataires qui habitent le même édifice que moi. Résultat, eh bien, je me trouve donc à côtoyer cette bonne vieille marie-jeanne…. contre mon gré ! En effet, l’odeur du cannabis qui pénètre sous la porte de mon studio ainsi que dans le système de ventilation est loin de me parer d’un rire à la Dany Verveine.

Est-ce que les propriétaires du bloc de 52 appartements où je loge ont réagi à ce moment historique du 17 octobre signé Justin Trudeau ? Bien sûr ! Récemment, la surintendante est même débarquée chez moi afin que je signe le document « Modification de votre bail — interdiction de fumer du cannabis » avant… le 15 janvier ! En plus des « aires intérieures », la consommation de la verte substance est bannie « dans les aires extérieures de la propriété ».

Question. Pour tous les fanas de chanvre qui ne sont point propriétaires d’une maison, où jouir de ce plaisir désormais légal ? Combien d’adeptes de gros pétards vont se conformer docilement à ces règles strictes adoptées par plusieurs proprios du Québec ?

Plutôt que de courir le risque que les membres du fan-club de marie-jeanne en fument en cachette dans leur logis, pourquoi ne pas tout simplement leur permettre de s’adonner à leur passe-temps dehors, soit « sur les balcons et les terrasses » des immeubles ? Au moins, les relents de mari ne persisteraient pas à l’intérieur des murs et s’évanouiraient rapidement dans l’atmosphère.

J’essaie d’être compréhensive, car moi aussi, j’ai mon p’tit bonheur… consommer des sauterelles ! Est-ce que je peux en faire l’élevage chez moi ?

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

4 commentaires
  • Loraine King - Abonnée 17 janvier 2019 06 h 10

    Où jouir de ce plaisir?

    Chez-soi. On peut consommer du cannabis sans produire d’odeur. Le consommateur peut se procurer un inhalateur - qui produit une vapeur pratiquement inodore - et un filtre avec charbon, genre “Spoofy” pour expirer la vapeur. Il n’y aura alors aucune odeur de cannabis. Les propriétaires ont raison de vouloir contrôler les odeurs dans leur édifice, que ce soit du cannabis ou des ordures ou autres.

    • Loraine King - Abonnée 17 janvier 2019 09 h 59

      Je constate que la site québécois qui vend le cannabis légal n’offre pas les produits pour s’en servir de manière responsable. Dans ma province, on peut acher via ocs.ca le cannabis légal, les vaporisateurs, hachoirs, etc.

      Le gouvernement du Québec devrait cesser d’infantiliser le consommateurs québécois sur ce sujet. Si on ne veut pas qu’il soit fumé, qu’on encourage l’usage de produits qui éliminent les odeurs! C’est comme les rapports sexuels - on dit pas aux citoyens de ne pas en avoir mais on les encourage à se protéger. Dans le cas du cannabis, on doit encourager la bonne entente et la santé publique. Ne suffit pas de dire d’arrêter ou d’interdire, car cela ne fonctionne pas. Il faut encourager un usage responsable.

  • Sylvain Rivest - Abonné 17 janvier 2019 07 h 36

    Pas facile de vivre dans le vrai monde

    Vous imaginez-vous si la mode de fumer la pipe ou de gros cigares revenait? Et que dire du patchouli et les parfums bon marché dont plusieurs s’aspergent et empestent leur passage. Les odeurs de cuisines, pas toujours appétissantes... Je trouve que les gens sont de moins en moins tolérants. Phénomène d’une génération trop gâté et tournée vers elle même?

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 18 janvier 2019 08 h 46

    Yahou !

    « J’essaie d’être compréhensive, car moi aussi, j’ai mon p’tit bonheur… consommer des sauterelles ! Est-ce que je peux en faire l’élevage chez moi ? » (Martine Lacroix)

    Pourquoi pas si les lois relatives à ce genre d’Élevage sont comme … respectées !

    De plus, tout le monde reconnaît que les sauterelles aiment s’alimenter d’herbes (A), de fruits et de maïs !

    Yahou ! - 18 jan 2019 –

    A : De ces herbes, marie-jeanne ?!?