Bravo, Madame Sainte-Marie!

Lecture difficile que celle de votre texte publié dans Le Devoir du 10 janvier ; lecture rendue difficile parce que, dès les premières lignes et tout au long de ma lecture, j’ai eu les yeux pleins d’eau. Comme bien d’autres, j’ai suivi avec grand intérêt le débat sur « l’appropriation culturelle » et ai beaucoup souffert des procès d’intention intentés à des artistes tels Robert Lepage, Betty Bonifassi et Ariane Mnouchkine. Votre texte, Madame Sainte-Marie, est ce que j’ai lu de plus percutant et touchant sur le sujet.

Merci, merci, Madame Sainte-Marie pour le choix des mots, pour la poésie de votre texte, pour l’appel à la raison venant de l’artiste interprète « qui vit en constant besoin et en délit d’appropriation. »

Vous faites référence à Leonard Cohen chantant « Un Canadien errant sans autre autorisation que la joie qu’il en retire ». J’écris ces lignes en écoutant, toujours avec émotion, votre disque Nitshisseniten e tshissenitamin et je dis bravo et merci d’avoir partagé avec nous votre « amour des mots, de leur sonorité et de leur magie » en faisant rayonner le mohawk, l’inouktitouk et l’innu pour notre plus grande joie !

Et je dis merci à Betty Bonifassi d’avoir fait découvrir à un large auditoire la souffrance des esclaves en utilisant sa voix si riche en écho à leurs chants. Et je dis bravo aux artistes de théâtre qui ont fait connaître dans des dizaines de langues l’humanité des Belles-soeurs de Michel Tremblay au public de leur coin de notre petite planète.

Appropriation culturelle des artistes ? Mais bien sûr, et de tout temps ! Après tout, comme le chante si bien Gilles Vigneault, « tous les humains sont de ma race », et c’est tant mieux !

À voir en vidéo