Mauvais aiguillage?

Le changement de garde hâtif à la tête du ministère de l’Environnement était, pour le moins, prévisible avant même Noël. Mme MarieChantal Chassé, sans voix affirmée, dans son très bref mandat de ministre, a réalisé, tout comme les journalistes, qu’elle ne mourrait pas de vieillesse dans ce ministère.

À mes yeux, ce n’est pas du tout déshonorant. J’affirme que c’est une erreur d’aiguillage et de spécificité. Imaginez un grand pianiste renommé, maître du clavier, que vous placeriez non pas au piano mais plutôt au saxophone ! Vous n’auriez pas la même qualité de concert ! Mme Chassé entrait donc dans une rue sans issue. [...] De ce fait, l’aiguillage à la CAQ devra donc se faire sous des normes plus sévères !

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Claude Gélinas - Abonné 12 janvier 2019 13 h 23

    Comparer des pommes avec des pommes !

    Toute comparaison n'est pas bonne à faire. Si bien que comparée l'ex-Ministre de l'Environnement à une grande pianiste renommée alors que nous ignorons tout de ses réalisations passées m'apparaît exagéré.
    Ne s'impose-t-il désormais de dégonfler le mythe que les femmes ou hommes d'affaires en raison de leurs expériences feront des ministres compétents ?