Le chant des cigales

Je tiens à remercier Le Devoir pour sa couverture tellement éclairante sur l’origine des attaques qui ont visé les diplomates canadiens et américains à Cuba dans les deux dernières années. Qui aurait deviné ! Des cigales et des grillons dont le chant aigu aurait pénétré le cerveau de ce groupe malchanceux. Peu importe qu’il n’y ait aucune preuve associant le son des grillons à des problèmes de santé chez les humains ni l’absence de prise en compte des lésions cérébrales très spécifiques dont ces diplomates ont été victimes. Quels insectes intelligents pouvant discerner la citoyenneté des victimes, voire identifier des agents secrets de la CIA ! Restez à l’affût pour les prochains épisodes : […] des perroquets entraînés à mémoriser d’entières conversations depuis l’extérieur d’une fenêtre ! Entre-temps, souhaitons bonne chance à ce groupe de diplomates alors qu’ils naviguent parmi les résultats de recherches médicales et scientifiques rigoureuses qui montrent l’évidence de lésions cérébrales sérieuses et inquiétantes.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

8 commentaires
  • Jean-Pierre Martel - Abonné 11 janvier 2019 02 h 53

    Haute technologie anticapitaliste cubaine

    Inspirés par le nez, ce sont habituellement des virus, mais parfois des bactéries, qui réussissent à migrer vers l’oreille interne en passant par la trompe d’Eustache. On peut facilement imaginer qu’une bactérie inconnue puisse faire la même chose.

    Une fois l’oreille interne atteinte, un gène pathogène pourrait causer des lésions cérébrales, une perte définitive de l’audition, une perte d’équilibre, des migraines aigües, des troubles cognitifs et des œdèmes cérébraux, soit les symptômes de ce mal mystérieux.

    Les appareils qui climatisent, qui déshumidifient et peut-être qui détoxifient l’air étaient sans doute à la fine pointe de l’art en 1953, lorsque l’édifice actuel de l’ambassade américaine a été inauguré.

    Est-il possible qu’ils se soient dégradés depuis au point de rendre cet édifice insalubre ?

    L’ambassade étant située sur le Malecón, elle est aspergée par de l’écume et des gouttelettes corrosives d’eau salée à chaque fois qu’une tempête frappe l’ile. Il est raisonnable de penser que les appareils de climatisation situés sur le toit de l’édifice puissent vieillir prématurément.

    Plutôt que d’admettre que forcer les diplomates américains à travailler dans un édifice insalubre comporte des risques, on a rejeté la faute du ‘Syndrome de l’ambassade américaine’ sur une cause digne des bandes dessinées américaines des années 1950, soit une haute technologie militaire cubaine (des canons soniques indétectables) ou des cigales communistes dressées à créer des ondes qui détruisent les cerveaux capitalistes.

    Compte tenu des relations intimes entre la diplomatie américaine et son caniche canadien, il est probable que des rencontres bilatérales aient eu lieu dans l'édifice insalubre de l’ambassade américaine.

    Tout cela m’apparait plus plausible que les explications alternatives abracabrants entendues jusqu’ici.

    • François Beaulne - Abonné 11 janvier 2019 11 h 43

      Vous avez raison. C'est une des explications les plus probables. Et comme les diplomates canadiens fréquentent davantage l'ambassade américaine que tout autres diplomates, il est également plausible qu'ils aient été atteints du mêm problème de santé que les diplomates américains.

    • Hélène Paulette - Abonnée 11 janvier 2019 11 h 57

      Comme vous dites, monsieur Martel...

    • Cyril Dionne - Abonné 11 janvier 2019 14 h 37

      Non M. Martel. Il s'agit bien d'une arme militaire qui utilise les ultrasons pour indisposer des gens ciblés. Ce n'est pas de la très haute technologie et les Américains l'ont déjà neutralisé puisque que ce sont eux qui l'ont inventé. Mais pour les pauvres Canadiens et Trudeau qui étaient des grands amis de Fidel, eh bien, cette amitié est maintenant terminé. La famille Castro n'est plus au pouvoir.

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 11 janvier 2019 08 h 24

    Bien dit Mme Syme

    Mais il n'est pas impossible que le cri du grillon soit à l'origine d'une arme sonore. M'est avis que les Russes sont derrière cette affaire. Ce scénario à la James Bond leur ressemblerait. La raison? Nuire au rapprochement entre Cuba et les pays occidentaux, notamment les États-Unis.

    • Hélène Paulette - Abonnée 11 janvier 2019 11 h 55

      Vous vous surpassez, monsieur LeBlanc... Et moi qui ne vous lisait plus!

    • Sylvio Le Blanc - Abonné 11 janvier 2019 14 h 46

      Vous êtes bien gentille Mme Paslette.

  • François St-Pierre - Abonné 11 janvier 2019 12 h 45

    Oublions le pistolet!

    La prochaine arme de contre-espionnage sera la bonbonne de Raid.