Un Vieux Québec sans services!

Comme travailleur dans le secteur touristique du Vieux Québec, depuis plus de 20 ans, j’y suis présent presque chaque jour. Toutefois, au fil des ans, on a vu l’offre des services s’amenuiser. La SAQ avait des magasins formidables à Place Royale, puis au Château Frontenac. Autrefois, il y avait plusieurs pharmacies, mais il en subsiste seulement deux avec des choix de produits assez restreints. On a eu aussi des boucheries et des quincailleries dans le Vieux Québec. Il n’y a même plus une bonne épicerie. Richelieu a quitté le secteur il y a plusieurs années.

Le dernier épisode de ce désert de services surviendra le 25 janvier. En effet, on m’a annoncé hier que la Caisse Desjardins du Vieux Québec, à côté de l’hôtel de ville de Québec, ferme ses portes. Pour obtenir des services de Desjardins, je devrai parcourir quelques kilomètres pour aller dans le Faubourg Saint-Jean-Baptiste ou à Saint-Roch. Quelle tristesse et quelles difficultés pour tout travailleur ou pour un résident de ce magnifique quartier. Y travailler et y vivre devient vraiment problématique.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

2 commentaires
  • Serge Trudel - Inscrit 7 janvier 2019 23 h 20

    Vive le Vieux-Québec libre!

    Comme le dirait si bien Gilles Proulx : "Quebec, land of vacation!" HAHAHAHAHA...

  • Gilles Bonin - Inscrit 8 janvier 2019 01 h 46

    Comme

    le Vieux-Montréal.