Simplifier sa vie!

Le début de l’année est une période propice pour prendre des résolutions dans le but d’améliorer sa vie. En 2019, pourquoi ne pas la simplifier afin de devenir plus heureux et, en même temps, améliorer le fonctionnement de toute la société ?

La première chose à faire est de dresser ou de revoir son budget afin de dégager des économies. En effet, nous pouvons adopter un comportement critique par rapport à notre consommation, afin de la réduire à ce qui correspond à nos réels besoins. « Vivre selon ses besoins plutôt que selon ses moyens » est un adage qui peut nous guider. Il faut apprendre à résister aux diktats de la publicité, de la mode, du paraître, de la comparaison, etc.

Pour y arriver, un bon truc est d’attendre sept jours avant d’acheter un objet dont on a le goût. Souvent, notre désir va s’estomper pour en venir à disparaître avant la fin de la période. Il se peut aussi qu’on satisfasse notre désir en empruntant l’objet à un proche ou en le louant. Après sept jours, si le désir demeure et devient besoin, vous pouvez vous tourner vers les objets d’occasion (ressourcerie, marché aux puces, petites annonces, etc.). Ainsi, vous paierez beaucoup moins cher et vous ferez un geste positif pour l’environnement.

La réduction de la consommation diminue la quantité d’argent nécessaire pour vivre, ce qui annule souvent le recours au crédit. Une bonne résolution pour la nouvelle année est de diminuer son endettement, ce qui réduira le stress lié aux échéances de remboursement et les conflits familiaux reliés à l’argent.

La résolution de réduire sa consommation aura pour conséquence un moins grand besoin d’argent, d’où une possibilité de diminuer son temps de travail. Ce résultat ouvrira les portes du développement et de l’épanouissement personnels. Grâce à ce temps libéré, toutes sortes d’activités deviennent possibles. Des résolutions de développement personnel (savoirs, croissance personnelle et spirituelle, compétences artistiques, activités sportives et de plein air, communion avec la nature, etc.) et des résolutions d’implication communautaire (bénévolat dans des organismes sans but lucratif, implication politique, etc.) peuvent être envisagées.

Ces résolutions, en plus d’accroître les chances de bonheur personnel, amélioreront la vie de la communauté et celle, finalement, de toute la société.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

2 commentaires
  • Benoit Léger - Abonné 4 janvier 2019 09 h 08

    Avoir ou être

    Les stratégies que vous évoquez ont fonctionné pour moi. J'ai pris ma retraite dans la jeune cinquantaine sans être riche. Vous oubliez cependant que si la consommation fonctionne si bien, c'est qu'elle comble un vide. Le vide intérieur de ces consommateurs qui existent par ce qu'ils achètent parce qu'ils sont émotionnellement et intellectuellement pauvres. Les cours de croissance personnelle n'y changeront rien.

  • Claude Gélinas - Abonné 4 janvier 2019 13 h 15

    Vide existentiel !

    Se pourrait-il que ce consumériste effréné soit relié principalement à un vide existentiel ?