Que Trudeau fasse comme Trump

Les États-Unis renverront désormais les demandeurs d’asile au Mexique pendant l’examen de leur dossier afin d’empêcher qu’ils demeurent sur le territoire états-unien et échappent ainsi à la surveillance des autorités. Les États-Unis veulent ainsi « décourager » les candidats originaires pour la plupart d’Amérique centrale.

Pourquoi le Canada ne ferait-il pas pareil avec les nombreux demandeurs d’asile qui franchissent irrégulièrement sa frontière sud avec les États-Unis ? Comme le Mexique a accepté de garantir les droits des migrants refoulés par les États-Unis pendant l’instruction de leur dossier, nul doute que les États-Unis seraient disposés à faire de même avec le Canada.

Le pays à la feuille d’érable économiserait de la sorte des millions de dollars… canadiens.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

29 commentaires
  • Gilles Bonin - Abonné 31 décembre 2018 00 h 28

    Admettons...

    mais c'est beaucoup demander à un état barbare que sont les USA - et ça ne date pas uniquement de Trump...

    • Sylvio Le Blanc - Abonné 31 décembre 2018 15 h 20

      Après avoir envoyé ma lettre au «Devoir», j’ai lu ceci dans le même «Devoir»:

      " Mexico n’a pas signé d’accord avec Washington pour que les candidats à l’asile attendent en territoire mexicain l’examen de leur dossier par les autorités américaines, a déclaré vendredi le chef de la diplomatie, Marcelo Ebrard. Les États-Unis ont pourtant annoncé jeudi qu’ils allaient désormais renvoyer les demandeurs d’asile au Mexique pendant l’examen de leur dossier par les autorités américaines, afin d’empêcher qu’ils demeurent sur le territoire américain et échappent à la surveillance des autorités. Mexico «garantira le respect des droits et libertés» des migrants, a déclaré jeudi José Antonio Zabalgoitía, un responsable de l’ambassade du Mexique à Washington, mais n’acceptera pas «tous les étrangers expulsés des États-Unis». "

      https://www.ledevoir.com/monde/ameriques/544163/le-mexique-nie-avoir-signe-un-accord-avec-les-etats-unis-sur-les-candidats-a-l-asile

  • Louis-Philippe Tessier - Abonné 31 décembre 2018 07 h 24

    Argent

    M. Le Blanc, vous ne faites que parler d'argent, d'économie. Il n'y a aucune compassion dans vos propos.

  • Gilles Bousquet - Abonné 31 décembre 2018 07 h 58

    Il ne faut pas retourner ces migrants

    On en a besoin pour occuper les doffres d'emplois partout au Canada, principalement dans la belle de ville de M. Labeaume, Québec.

    • Jean-Charles Morin - Abonné 31 décembre 2018 12 h 18

      Je suppose que ce commentaire est ironique.

  • Gilles Marleau - Abonné 31 décembre 2018 07 h 59

    Faire comme Trump : jamais de la vie !

    Les migrants, les réfugiés, les demandeurs d'asile accueillons les généreusement. Quoiqu'en dise les Trump et cie, ces personnes apportent beaucoup plus au pays qu'il nous en coûte pour les accueillir. Après la premiere année, ce sont elles qui contri usent à notre bien-être.

    • Cyril Dionne - Abonné 31 décembre 2018 16 h 09

      Un petit détail sur accueillons généreusement les migrants, les réfugiés et les demandeurs d'asile. Il y a facilement 3 milliards qui attendent de venir au Canada. Ouvrir les portes grandes ouvertes, eh bien, ce sera une invasion. En passant, l'immigration coûte 5 milliards par année au Québec. C'est « ben » pour dire.

  • Hélène Paulette - Abonnée 31 décembre 2018 09 h 15

    Pourquoi?

    Parce que, par-dessus tout, il faut éviter d'importer la misanthropie, la phobie et la rancoeur qui a cours chez nos voisins du sud et que Trump exploite sans vergogne...
    Je vous souhaite une plus d'ouverture pour l'année qui vient!