Proche aidance et fin de vie des aînés

Plus de 95 % des 66 000 Québécois qui décèdent annuellement sont des aînés. Ils sont aptes ou inaptes. C’est donc un dossier qui se doit d’être très, très important pour notre ministre Marguerite Blais.

Chaque décès touche de près une trentaine de personnes, quelques dizaines de proches et de bénévoles, des établissements… Environ 175 personnes décèdent chaque jour au Québec. Ainsi cela demande une immense masse de services et de soins, ainsi que l’engagement des proches de ces finissants de la vie.

L’aidé apte en fin de vie se doit de prendre soin de ses aidants, de ses proches et de ses soignants. En étant au centre des processus d’information et de décision. En étant éclairé et libre dans ses choix, en prenant bien soin de communiquer avec tous, en joignant à la parole des écrits. Parole passe, écrit demeure.

L’aidé inapte en fin de vie se doit de prendre soin de ceux qui l’accompagnent et le soignent, voilà une de ses responsabilités. En ayant désigné un mandataire, en ayant rempli et signé ses directives médicales anticipées. En sachant que c’est là un haut et noble acte d’amour et de civisme. C’est le respect de ses choix éclairés et libres qui unira proches et soignants, qui en prendra grandement soin et qui facilitera leur processus de deuil.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Yvon Bureau - Abonné 17 décembre 2018 10 h 17

    J'ajoute ceci :

    que les différentes associations en lien avec la maladie d'Alzheimer et les démences et ... fassent la promotion des testaments, des directives anticipées de fin de vie, de la désignation des mandataires à la personne, des Directives médicales anticipées (DMA).

    Il est à espérer qu'il sera possible d'inclure dans les DMA la demande d'aide médicale à mourir. Sans cela, arriveront l'augmentation des suicides, des ententes entre proches pour des «meutres par compassion», des jeûnes cruels et inhumains, des cessations de prise de médicaments contre les douleurs,... Les Centres de prévention du suicide devraient être conscients de tout cela et prendre actions appropriées.

    La lucidité, quelle richesse! Quelqu'un m'a déjà dit : «je suis millionnaire, car je suis lucide! J'ai tout fait mes papiers, je suis serein depuis, plus heureux même».