Enfouissement des traversées de lignes sous le fleuve Saint-Laurent: projet justifiable?

Pour enfouir la traversée de la ligne sous le fleuve au droit de Grondines, en courant continu, il en a coûté environ 350 millions en 1983-1984. En ajoutant un coût pour inflation de 3 % par année jusqu’à maintenant, 35 ans plus tard, le coût actuel de ce projet pourrait bien être de l’ordre de 980 millions de dollars d’aujourd’hui.

Comme cette ligne existait déjà en surface, ce projet n’engendrait aucun revenu additionnel par lui-même et ne pouvait donc s’autofinancer. Depuis, en présumant par exemple que les sommes investies l’ont été avec un taux de financement composé de 5 %, l’investissement dans ce projet purement esthétique atteindrait maintenant un montant de l’ordre de 1,925 milliard de dollars. Les Québécois doivent être forcément très riches pour s’être permis d’investir une telle somme pour simplement enfouir une traversée de ligne à Grondines, loin d’être un lieu touristique stratégique comme l’île d’Orléans.

Avec une telle somme de deux milliards de dollars, les Québécois auraient pu, notamment, choisir plutôt de se construire environ 75 écoles secondaires, trois ou quatre hôpitaux régionaux, ou former deux mille médecins, ou… combien de professeurs et d’infirmières ?

Or, puisque trois lignes traversent l’île d’Orléans de part en part, sur une distance de six kilomètres, il faut compter six traversées. Même si ce site est de loin plus en évidence que celui de Grondines, va-t-on vraiment y investir six milliards ou plus pour cacher ces traversées ?

À voir en vidéo