La gauche québécoise et la laïcité

Dans Le Devoir de vendredi, Mme Nadia Alexan présente un texte intitulé « La gauche se trompe lourdement sur la laïcité ». Elle a parfaitement raison et il faut l’en féliciter. Ce qui se passe en ce moment dans la gauche québécoise est dramatique pour les gens qui se considèrent vraiment comme étant de gauche et qui ne se reconnaissent pas dans des prises de position qui sont non seulement de droite, mais de droite à caractère dictatorial.

Malheureusement, ce n’est pas la première fois, ni le premier pays, où la bonne foi et les généreux principes des gens qui se considèrent de gauche sont kidnappés ainsi.

On l’a vu au Québec comme ailleurs lorsqu’on les a poussés puis contraints à appuyer inconditionnellement Staline et le régime des goulags, les horreurs de la Révolution culturelle en Chine puis Pol Pot et les massacres des Khmers rouges au Cambodge. Faut-il rappeler aussi les voyages, toutes dépenses payées, des élites de la gauche québécoise dans la dictature de Kadhafi ?

On ne peut que constater qu’il est très difficile d’être de gauche sans être utilisés et manipulés dans les pires positions de droite, voire d’extrême droite. On le voit bien une fois de plus, en ce qui concerne la laïcité, dans les positions invraisemblables imposées par certains éléments que l’on ne peut que soupçonner d’être des infiltrés de la droite ou des saboteurs au travail.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

39 commentaires
  • Richard Maltais Desjardins - Abonné 29 octobre 2018 06 h 08

    Gauche, droite, gauche...

    « La musique qui marche au pas
    ça ne me concerne pas »

    disait Brassens dans « La mauvaise réputation ».

    Parce qu'en somme, dans cette lettre, tout n'est plus qu'affaire de réputation et de conformité aux préceptes d'une gauche vertueuse, dont Nadia Alexan avait au moins le mérite de se réclamer encore au nom d'une conception de la laïcité qu'on peut ne pas partager.

    • André Chevalier - Abonné 29 octobre 2018 07 h 18

      La dichotomie artificielle gauche-droite embrouille tous les débats.
      On devrait se débarrasser de ces concepts vides et stériles.

    • André Joyal - Inscrit 29 octobre 2018 13 h 10

      L'auteur, avec raison, félicite Mme Alexan. Or celle-ci se fait rudement harceler sur cette tribune par un compagnon d'armes de M.RMD. Inutile de le nommer, tout un chacun le reconnaîtra même si j'ai commis l'erreur de croire que le 1er octobre l'avait transformé pour le mieux. Seuls ses copier-coller sont nouveaux.

    • Christian Montmarquette - Abonné 29 octobre 2018 14 h 24

      @André Chevalier,

      "La dichotomie artificielle gauche-droite embrouille tous les débats." - André Chevalier

      C'est exactement le contraire, et parce qu'il n'avait QUE la question nationale qui tenait le haut du pavé au Québec que les gens sont devenus des analphabètes politiques sur la question extrêmement importante et fondamentale en politique des valeurs et positions de gauche et de droite. Ce qui aura justement permis tout ce virage à droite durant des décennies et qui a conduit le Québec droit dans le mur des politiques d'austérité et du capitalisme pollueur qui est en train de détruire la planète.

      Car qui, sont les premiers responsables de la destruction de l'environnement pour maximier leurs profits ET de la concentration du Capital entre les mains du 1% au détriment du 99% des gens ordinaires, si ce n'est cette droite néolibérale prête à détruire la planète et laisser le tiers de la population mondiale crever de faim pour s'enrichir?

      - Et après ça, certains oseront encore de parler de "dichotomie artificielle gauche-droite"?

      Comme on le voit, il n'y a rien d'artificiel dans le débat gauche-droite, mais au contraire des enjeux de société fondamentaux qui s'étendent jusqu'à la survie même de la planète.

      Christian Montmarquette

    • Cyril Dionne - Abonné 29 octobre 2018 15 h 54

      D'accord avec vous M. Chevalier que la dichotomie gauche-droite est un artifice en 2018. Tout ce que nous avons, ce sont des extrémistes.

      D'un côté, nous avons une extrême gauche multiculturelle aux accents de Québec solidaire qui est prête à matraquer qui que ce soit s'ils se mettent sur leur chemin de la très Sainte rectitude politique. Eux, possédant évidemment le summum de la vertu vertueuse, nos bien-pensants et donneurs de leçons de la gauche extrémiste ne peuvent pas être critiqués sinon on criera au blasphème et au racisme. Il y en a aux États-Unis qui se font assailler par les porteurs d'un marxisme poussé à la limite s'ils osent citer des gens comme Winston Churchill. Occultant le siècle qu’il a vécu, celui qui a été le fer de lance contre la barbarie naziste sera accusé d'être élitiste, fier défenseur d'empire, et peu préoccupé par les moins nantis de la société dans un siècle où la classe moyenne tardait à apparaître. Ceux qui ont sauvé la démocratie au dernier siècle sont traités de pariah aujourd’hui parce que tous les moindre recoins de leur pensée doivent refléter les dogmes de la ô très Sainte rectitude politique, sinon, ils seront ostracisés.

      De l’autre, vous avez nos illuminés qui clament la supériorité de la race blanche en brandissant des effigies qui nous rappellent bien plus les dictatures d’extrêmes droites, de Franco à Hitler en passant par Mussolini. Mais à l’instar des extrémistes de gauche, eux apportent des solutions aux énigmes socioéconomiques des gens et plusieurs sont attirés par ce discours. Le Brésil a élu un extrémiste de droite qui prône la torture et la dictature militaire parce que la gauche corrompue n’a su relever le cynisme des gens. Et le vent souffle à droite partout sur la planète en ces temps de fin du monde apparente, changements climatiques et surpopulation obligent.

      Curieusement, Bernie Sanders et Donald Trump avait le même discours durant la dernière élection en ce qui concerne le mondialisme.

    • André Chevalier - Abonné 29 octobre 2018 16 h 20

      @Christian Monmarquette
      Être démocrate, socialiste, anticapitaliste, libertarien, progressiste, conservateur, anticommuniste ou antiislamiste couvrent des concepts assez clairs et riches en eux-mêmes sans leur accoller les étiquettes gauche-droite qui ne signifient rien en eux-mêmes.

    • Cyril Dionne - Abonné 29 octobre 2018 17 h 15

      M. Chevalier, l'islam n'est qu'un programme politique désuet et qui n'a plus sa place en 2018.

  • Jean-Henry Noël - Abonné 29 octobre 2018 06 h 56

    La gauche

    J'entends parler de Staline, de Lénine, de Marx ...et de pays étrangers. Cela pour moi n'a pas de sens. Parlons de la gauche québécoise et comparons-là à celle de notre province-soeur, l'Ontario, en souvenir du Bas-Canada et du Haut-Canada. Nous sommes en 2018. Ces deux provinces font face au même problème quant à l'immigration musulmane. Que m'importe Staline ? Que m'importe Pol-Pot ?

    • André Labelle - Abonné 29 octobre 2018 08 h 31

      Pourquoi réduire la discussion à l'immigration musulmane ? Peut-être parce que vous ne comprenenz pas les notions gauche et droite en politique, c'est-à-dire dans la gestion d'un pays.
      Croyez-vous vraiment que les propositions politiques de Ford en Ontario ne concernent que l'immigration musulmane ?
      Aux USA les "Super Pac", sur lesquels l'État n'a que très peu ou pas de contrôle, rendent la politique complètement dépendante de l'argent et permettent seulement aux plus riches parmi les plus riches de pouvoir accéder au pouvoir politique. Cette ploutocratie américaine n'est pas là pour uniquement contrôler l'immigration musulmane. Des politiciens comme Trump (est-il de gauche ou de droite ?) agitent ce sujet comme le matador agite le chiffon rouge pour faire oublier au taurreau l'épée qu'il a à la main.
      Aux USA l'esprit de droite enfonce profondément ses racines dans cette société et les fruits de l'arbre sont de plus en plus amères, voire même toxiques. Ne faisons pas l'erreur de croire que Trump est la cause de beaucoup de malheurs. Non,Trump est le résultat de ce système social qui valorise outrancièrement l'individualisme et la richesse.

      «Acheter est bien plus américain que penser.»
      [ Andy Warhol ]

    • Jean-François Trottier - Abonné 29 octobre 2018 09 h 37

      Je suis désolé, M. Noël.
      Quand on parle de QS on doit parler de son parti-père, le PCQ héritier du PCCML qui était télécommandé par l'URSS.

      Massé a reconnu être marxiste. Le marxisme modéré n'existe pas.

      C'est l'ignorance historique qui a permis à QS de se poindre. QS est socialiste et croit à la démocratie dans son propre cadre. Dès qu'on parle de société les visées extrêmement contrôlantes de QS ne peuvent tromper : la démocratie devient alors un valeur à tenir dans un "certain" cadre, pour "protéger les plus démunis". QS est "relativement démocratique" quoi.
      De cette association entre socialisme et démocratie, QS a trouvé le moyen de se dire social-démocrate, ce qui est un grossier mensonge. La social-démocratie est basée sur des principes économiques avant tout, par sur une morale dont on sait comment elle finit par produire exactement le contraire de ce qu'elle dit : tous les régimes socialistes au monde l'ont démontré ad nauseam.

      Cet appui aux mouvements religieux est aussi affaire d'ignorance historique. Les Québécois ont souffert de nombreuses névroses collectives, faute à l'Église. Les plus âgés ont combattu ce carcan. L'Église est un autre exemple de morale qui produit le contraire de ce qu'elle prétend.
      Ben non, y en a pas de paradis avec les moralistes. Seulement des sacrifices interminables au nom d'un "bien" que personne ne voit jamais... sauf les dirigeants.

      La comparaison avec l'Ontario serait faussée : les religions ont appuyé moralement les massacres et exactions des WASP contre les autochtones, Métis et Canadiens-Français. Les Ontariens ne se méfients pas des religions, au contraire.
      Leur "progressisme" consiste à accepter autres religions que les protestantismes parce que ceux-ci dominent.
      De là certains veulent faire croire que la résistance québécoise aux religions serait "pour" le catholicisme !

      C'est en Ontario qu'il y a le plus de crimes racistes au Canada, même relativement. Ce n'est pas un hasard.

    • Christian Montmarquette - Abonné 29 octobre 2018 11 h 00

      @ Jean-François Trottier,

      "Massé a reconnu être marxiste." - Jean-François Trottier

      Le Parti libéral a nationalisé l'électricité et le PQ a nationalisé l'assurance automobile.

      Si vous voulez être honnête, alors poussez votre raisonnement jusqu'au bout et accusez aussi le PQ et les libéraux d'être marxistes.

      Christian Montmarquette

    • Marc Therrien - Abonné 29 octobre 2018 12 h 07

      Qu’importe effectivement la gauche et la droite quand il s’agit d’établir les valeurs Québécoises qui fonderont la Charte de la laïcité et de questionner en quoi elles se distinguent des valeurs occidentales pratiquées; un peu comme le fait Michel Onfray : «Quel occidental est prêt à mourir pour les valeurs de notre civilisation : le supermarché et la vente en ligne, le consumérisme trivial et le narcissisme égotiste, l’hédonisme trivial et la trottinette pour adultes?» Il est à se demander si La Charte Québécoise de la laïcité se veut assez puissante pour affaiblir cet islam qui «manifeste ce que Nietzsche appelle une «grande santé» : il dispose de jeunes soldats prêts à mourir pour lui».

      Marc Therrien

    • Nadia Alexan - Abonnée 29 octobre 2018 14 h 44

      À monsieur Jean-Henry Noël:
      Les dérives religieuses se passent chez nous aussi. Rappelons que la Charia a été presque entérinée en Ontario il n'y a pas longtemps. Au Québec, c'est grâce à Madame Fatima Hoda-Pepin qui a monté une opposition féroce à l'Assemblée nationale pour nous épargner l'instauration de la Charia chez nous également.
      Il ne faut pas se faire des illusions. Nous avons bel et bien un mouvement international islamiste, intégriste, financé par l'Arabie saoudite, qui utilise nos chartes des droits et nos libertés pour avancer leur mission politique petit à petit.

    • Jean-Henry Noël - Abonné 29 octobre 2018 15 h 25

      1) Monsieur Labelle, si l'émigration musulmane n'est pas le sujet de l'heure, pourquoi parle-t-on tant de laïcité, de Charte, de religions, de l'islam ? De plus, je refuse de vous suivre en territoire américain. J'ai proposé l'Ontario. Un débat doit porter sur un seul sujet. Restons au Canada.
      2) Monsieur Trottier, d'abord, parcourez ce que j'ai écrit ci-dessus. Quant aux fondements de QS, qui se réclamerait «marxiste», l'adhésion à cette idéologie n'est pas interdite par la Loi. (je me permets de citer Bernie Sanders, très populaire aux USA ). De plus, c'est au pied du mur qu'on connait le maçon, Il y a souvent des hiatus entre le programme d'un parti et son action lorsqu'il forme le gouvernement. Après tout un gouvernement en démocratie doit gouverner en tenant compte de toute la population. Vous vous égarez. Je n'ai pas parlé de racistes. J'ai demandé qu'on compare les comportements des Québécois et des Ontariens dans un cas particulier, Oui, restons au Canada.
      3) En conclusion, c'est le chaos.J'ai posé clairement une demande. Nul n'a répondu.

    • Jean-Henry Noël - Abonné 29 octobre 2018 17 h 15

      Madame Alexan, cela ne m'étonnerait pas que les Saoudiens veuillent conquérir l'Occident avec leurs pétro-dollars.( Certains se méfient aussi de la Chine.) Quelles preuves avez-vous que les Saoudiens visent effectivement ce but. Cela demeure pour moi dans la sphère «théories du complot»
      Quant à la sharia, je dois dire que je n'en connais rien. Cependant iI me semble que si un couple de fervents croyants veut se séparer, c'est normal de consulter un iman à ce sujet.

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 29 octobre 2018 22 h 16

      Madame Alexan ne peut ignorer que nul gouvernement ne pourrait substituer au droit de notre pays un régime de lois qui compromettrait la pleine extension de l'égalité homme/femme. Ce n'est pas « de justesse » que la charia n'a pas été instaurée en Ontario et quel que soit le mérite qu'on voudrait accorder à cet égard à madame Houda-Pépin (qui n'y répugne pas elle-même d'ailleurs), prétendre que ce n'est qu'à la suite d'une « opposition féroce » qu'un tel péril nous a été épargné est pour le moins délirant.

  • Raynald Rouette - Abonné 29 octobre 2018 07 h 26

    Une « gauche » aujourd’hui dénaturée!


    Seule la « social-démocratie » donne un vrai sens à ce mot.

    Ce n’est certainement pas QS qui l’incarne véritablement...

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 29 octobre 2018 08 h 20

      QS ? Oh que non, Il n'incarne pas le « vrai ». On vous le laisse.

    • Christian Montmarquette - Abonné 29 octobre 2018 16 h 47

      @ Raynald Rouette,

      "Seule la « social-démocratie » donne un vrai sens à ce mot. Ce n’est certainement pas QS qui l’incarne véritablement..." - Raynald Rouette

      Plutôt que de nous lancer des étiquettes par la tête comme un bon paquet de péquistes le font pour tenter de faire peur au monde sur cette tribune. - Dites-nous donc si oui ou non vous seriez en faveur de ces éléments du programme de Québec solidaire:

      Un salaire minimum à 15$ de l’heure; un système de pension étatique universel; une assurance dentaire pour tout le monde; l'augmentation substantielle des prestations d'aide sociale; la réduction de 50% des coûts de transport en commun; la création de Pharma-Québec; le refinancement adéquat des CLSC 24h par jour, 7 jours sur 7; la réduction de 12% du salaire des médecins; la création d'une banque nationale du Québec; l'installation d'un réseau Internet haute-vitesse à la grandeur du Québec; l’augmentation des redevances minières et de l'eau; la gratuité scolaire des CPE à l'université; le retour de la taxe de 0.8% sur les profits des banques et des institutions financières retirée par Jean Charest et l’adoption d’un mode de scrutin proportionnel.

      J'attends votre réponse avec impatience!

      Christian Montmarquette

    • Cyril Dionne - Abonné 29 octobre 2018 22 h 00

      Et qui payer pour toutes vos belles promesses M. Montmarquette? Les étudiants et les assistés sociaux qui ont voté pour vous? Vous nous faites penser au parti rhinocéros d'antan. Il ne manque plus que la promesse d'une voiture électrique gratuite.

    • Christian Montmarquette - Abonné 30 octobre 2018 04 h 45

      @- Cyril Dionne,

      "Et qui (va) payer pour toutes vos belles promesses" - Cyril Dionne

      À lui seul, le refus de la création de Pharma-Québec qualifié d'extrémiste par le PQ et Réjean Hébert, nous aura fait perdre plus 30 milliards!! sur 10 ans. Et ça, ce n'est QU'UNE MESURE parmis plusieurs autres pour refinancer nos services publics, puisque QS propose aussi une augmentation des redevances sur l'eau et les mines, la création d'une banque d'État, la juste imposition des entreprises, l'ajout de nouveaux paliers d'impositions etc.

      Mais cessez donc de jouer les innocents pour ne pas carrément dire les ignorants. Vous connaissiez déjà la réponse, puisque je l'ai déjà donnée déjà plusieurs fois sur cette tribune, et que le cadre financier de QS a été largement diffusé.


      Christian Montmarquette

  • Jean-Yves Marcil - Inscrit 29 octobre 2018 09 h 47

    Comment peut-on tolérer les intolérables haines fondées sur la religion ?

    Je crois qu'on ne peut honnêtement justifier d'aucune façon que des humains, croyants ou pas, islamistes ou pas affichent une haine viscérale parfois mortelle en s'appuyant sur un dieu, sur un livre saint, sur une religion ou sur des réflexions personnelles. Il n'y a pas de tolérance possible face à une telle intolérance. Un tel obscurantisme est intolérable même au nom de la diversité multiculturelle ou de la liberté de religion. Que l'intolérance et l'obscurantisme s'appuie sur une divinité, une religion, un livre "saint" ne les rendent pas plus tolérables pour autant. Et je ne peux passer sous silence les accusations de racisme, de xénophobie ou d'islamophobie qu'on sert parfois facilement de façon abusive à ceux et à celles qui s'y opposent !

  • Loyola Leroux - Abonné 29 octobre 2018 10 h 03

    Soyons indulgents avec les ‘’Simples d’esprit’’.

    Les jeunes de 2018 n’ont pas la chance, comme les boumeures de joindre l’armée comme chair a canon, ils doivent etre des ingénieurs en informatique, ils ne peuvent non plus aller s’énerver en Afrique comme missionnaire, ni se calmer dans un monastère comme cloitré, la religion n’a plus la cote, les travaux manuels comme électricien ou plombier sont complètement dévalorisés au nom du ‘’Droit au doctorat gratuit’’, il ne leur reste plus que l’université et la gauche pour remonter leur estime de soi, matière fondamentale du nouveau curriculum de l’école québécoise.

    Il faut arreter de critiquer la gauche.