Recrutons des résidents en médecine d’ici et non des Saoudiens

Pourquoi les universités canadiennes continuent-elles de recruter des résidents en médecine saoudiens ? N’oublions pas la menace de cette pratique sur notre système de santé. Alors que les hôpitaux essaient désespérément de remplacer plus de 1000 résidents en médecine saoudiens, il est clair que ces postes ne sont pas des ajouts temporaires, mais que les résidents en médecine qui viennent de l’étranger mobilisent d’importantes ressources pour la formation des médecins.

Les Canadiens ont exprimé haut et clair leur opinion voulant que nos ressources médicales et que nos formateurs en médecine soient utilisés pour former des médecins québécois et canadiens qui contribueront à notre système de santé dans le futur.

Si les Québécois veulent plus de médecins, ils doivent insister auprès des politiciens au gouvernement du Québec pour qu’ils financent plus de postes en résidence en médecine et que ces postes soient ouverts à tous les Canadiens qualifiés.

Ceci comprend les Canadiens bilingues qui ont obtenu un diplôme accrédité à l’étranger, sans que ça coûte quoi que ce soit aux contribuables. Espérons que nos écoles de médecine soient progressives et qu’elles voient dans cet événement l’occasion de promouvoir l’éducation et la formation de médecins québécois et canadiens.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.