Enseignants et signes religieux

Mais qu’est-ce donc que cette histoire que nous raconte Sylvain Mallette, le président de la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), en ce qui a trait au fait, comme il dit, que les enseignants n’ont pas la même forme d’autorité que les policiers auprès des élèves ?

De quelle autorité parle-t-on ?

L’autorité d’un enseignant est en premier lieu morale, puis dans sa capacité à tenir une discipline dans sa classe. Il a de l’influence sur la pensée des élèves et lorsqu’il porte un signe religieux, il doit s’attendre à recevoir un tas de questions de la part des élèves.

Un signe religieux porté par un professeur est en contradiction avec la volonté laïque que l’on veut donner à l’école.

La situation actuelle relève beaucoup plus du laisser-aller que du droit acquis.

C’est l’attentisme flou du gouvernement sortant libéral, entourant toute cette question, qui nous place actuellement dans cet imbroglio.

Les enseignants représentent « l’État et la transmission des valeurs citoyennes », et ils sont appelés à un droit de réserve tant du côté politique que du côté religieux.

On ne peut pas demander à un croyant, à un porteur de signe religieux, d’avoir une attitude neutre quand vient le temps d’expliquer les différentes tendances religieuses qui sont abordées dans le cours ECR (Éthique et culture religieuse), ou encore d’expliquer la théorie de l’évolution de Darwin.

Un porteur de signe religieux n’est pas objectif.

Monsieur Mallette, la FAE a toujours défendu le principe de la laïcité scolaire. Je ne suis pas en mesure de comprendre votre volte-face. Il n’y a pas d’improvisation de la part du gouvernement. Il s’agit plutôt, enfin, de pérenniser, probablement par la disposition de dérogation, la laïcité de l’État ; l’école ne peut pas y échapper et les signes religieux doivent disparaître.

26 commentaires
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 11 octobre 2018 06 h 18

    Le doute cartésien ?

    « Les enseignants représentent « l’État et la transmission des valeurs citoyennes », et ils sont appelés à un droit de réserve tant du côté politique que du côté religieux. » (Réal Gingras)

    Bien sûr que certes, mais ces enseignants, du côté scientifique, relèvent-ils du même droit de réserve lorsqu’ils expliquent, passionnément ou selon, à ses élèves, la Théorie darwiniste de l’Évolution, une théorie actuellement CONTESTÉE ou DÉPHASÉE ?

    Qu’ajouter ?!?

    Le doute cartésien ? - 11 oct 2018 -

    • André Labelle - Abonné 11 octobre 2018 11 h 09

      Voulez-vous insinuer que peut-être la Terre est redevenue plate pour certains ?

      «Il y a plusieurs façons d'être con, mais le con choisit toujours la pire.»
      [Frédéric Dard]

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 11 octobre 2018 11 h 58

      @MB Mais vous êtes complètement à côté de la plaque avec votre commentaire. On vous a mandaté pour dire une telle ineptie.? À votre : "Qu'ajouter"...?!? N'en rajouter surtout pas !

    • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 11 octobre 2018 15 h 16

      Voulez-vous insinuer que peut-être la Terre est redevenue plate pour certains ? (André Labelle)

      Pas du tout !

      Mais que l’Humanité descende du singe ou d’un poisson m’apparaît suspect, de même pour la Théorie du Big-Bang pour expliquer quelque chose en lien avec le « Mystère de l’Évolution » ; une Théorie qui, actuellement, est remise en question par le milieu scientifique qui l’a mise au monde !

      À cet effet, taper sur un serveur « Berechit : les secrets de la Création - Rav Mordehai Bitton » et l’écouter pourrait comme inspirer quelques surprises !

      Bref ! - 11 oct 2018 -

    • Marc Therrien - Abonné 11 octobre 2018 17 h 15

      @ M. Blais et M. Labelle,

      Le doute cartésien? Euh…Heu… c’est parce que c’est risqué. Certains esprits qui n'en sont pas capables peuvent s’y égarer pour longtemps; ce qui pouvait amener un Coluche moqueur à déclarer sans douter : «On ne m’enlèvera pas de l’idée que la connerie est une forme d’intelligence.»

      Marc Therrien

    • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 11 octobre 2018 23 h 43

      Voulez-vous insinuer que peut-être la Terre est redevenue plate pour certains ? (André Labelle)

      Pas du tout !

      Mais que l’Humanité descende du singe ou d’un poisson m’apparaît suspect, de même pour la Théorie du Big-Bang pour expliquer quelque chose en lien avec le « Mystère de l’Évolution » ; une Théorie qui, actuellement, est remise en question par le milieu scientifique qui l’a mise au monde !

      À cet effet, taper sur un serveur « Berechit : les secrets de la Création - Rav Mordehai Bitton » et l’écouter pourrait comme inspirer quelques surprises !

      Bref ! - 11 oct 2018 -

    • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 12 octobre 2018 05 h 01

      « Voulez-vous insinuer que peut-être la Terre est redevenue plate pour certains ? » (André Labelle)

      Pas du tout !

      Mais que l’Humanité descende du singe ou d’un poisson m’apparaît suspect, de même pour la Théorie du Big-Bang pour expliquer quelque chose en lien avec le « Mystère de l’Évolution » ; une Théorie qui, actuellement, est remise en question par le milieu scientifique qui l’a mise au monde !

      Bref ! - 11-12 oct 2018 -

    • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 12 octobre 2018 12 h 47

      «On ne m’enlèvera pas de l’idée que la connerie est une forme d’intelligence.» (Marc Therrien, citant Coluche)

      En effet, mais, de cette présumée « connerie », comment peut-elle s’exprimer sur une simple question, celle que j’ai eu la délicatesse de poser lors de ma première réaction ?

      Comprends pas !?! - 12 oct 2018 –

  • Jean Lacoursière - Abonné 11 octobre 2018 07 h 11

    Le manque d'autorité


    Moi aussi j'ai tiqué en entendant monsieur Mallette tenter de minimiser le pouvoir des enseignants.

    Depuis le temps qu'on entend les enseignants se plaindre qu'ils ont de la difficulté à faire respecter leur autorité, on dirait quasiment que le problème vient d'en haut !

    Par ailleurs, voici au sujet de l'école la Charte de la laicité de l'école française:

    http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Actu_

  • Cyril Dionne - Abonné 11 octobre 2018 07 h 49

    L'autorité et le monde des amis imaginaire et surnaturels

    Bien d’accord avec vous M. Gingras. Un signe religieux ostentatoire présenté devant une clientèle en pleine période de développement émotionnel, social et cognitif n’a pas sa place dans les salles de classes. Pas dans des écoles publiques et laïques en tout cas. Un enfant de six ans qui est en train de se découvrir et découvrir le monde qui l’entoure est très vulnérable à ce qui est fait et dit dans la salle de classe. Beaucoup oublient que les enfants, dès qu’ils atteignent l’âge scolaire, passe plus de temps avec leur enseignant.e qu’avec leurs parents. Le leadership pédagogique, dans la manière d’exercer le pouvoir, posera toujours le problème de la pertinence de celle ou celui qui l’exerce et alors, leurs convictions religieuses doivent demeurer personnelles.

    Les croyances personnelles appartiennent à la maison où les parents peuvent endoctriner leurs enfants à leur guise comme ils le font tous, filiation oblige.

  • Bernard Terreault - Abonné 11 octobre 2018 08 h 09

    Pas besoin d'aller si loin

    Pas besoin d'imposer un uniforme aux enseignants. Il suffit de bien spécifier le contenu des cours qui touchent aux questions comme la théorie de l'Évolution (que seuls quelques illuminés contestent). Quant au cours ECR, il faut simplement le balancer, c'est une farce.

    • Christian Roy - Abonné 11 octobre 2018 17 h 20

      M. Terreault, à moins que votre affirmation ne soit gratuite et elle même une farce, pourriez-vous expliciter votre dernière affirmation: "Quant au cours ECR, il faut simplement le balancer, c'est une farce."?

  • Chantale Desjardins - Abonnée 11 octobre 2018 09 h 23

    Les commissions scolaires et les écoles laïques

    La laïcité est oficielle dans nos écoles et le personnel se doit de se conformer à ce statut. Donc, pas de signes religieux. Il me semble que c'est clair et toutes discussions sont inutiles. Si l'état est laïc, on se doit d'enlever le crucifix à l'Assemblée nationale, don des évêques à Duplessis. Il me semble que c'est évident. Pourrions-nous arrêter de discuter inutilement et passer à autre chose.



    si

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 11 octobre 2018 11 h 23

      J'ai eu des enseignants souverainistes, féministes, communistes, taoïstes, athées... En fait, je n'ai jamais eu d'autres enseignants que des personnes ayant des convictions et les manifestant ouvertement. Outre que j'avais naturellement plus de sympathie pour les personnes qui partageaient mes vues, ce n'étaient pas forcément les frères du sacré-coeur en soutanes qui dérogeaient le plus au devoir de neutralité. Vous semblez croire qu'il devrait suffire de ranger les signes pour passer à autre chose. Pas moi.

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 11 octobre 2018 12 h 07

      Déjà à 6 ans vous faisiez une telle différence?...On retrouve bien là...l'idéologie du "non-non" à l'emporte pièce.
      et celle du "pas moi" ...jamais...onc.

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 11 octobre 2018 13 h 47

      J'étais précoce, mais pas à ce point, en effet. Merci par ailleurs pour le charmant ad hominem dont je ne vous avais pas fourni le prétexte depuis trop longtemps sans doute.

      Plus sérieusement, on peut présumer que d'autres personnes étaient en mesure d'exercer la nécessaire vigilance, comme il le serait de toute façon quelles que soient les consignes vestimentaires auxquelles les enseignants se soumettraient par ailleurs.

    • Jeannine Laporte - Abonnée 11 octobre 2018 14 h 07

      @Richard Maltais Desjardins,
      mais non, je ne crois pas «qu'il devrait suffire de ranger les signes pour passer à autre chose». Ça ne suffira pas, ce n'est qu'un début, un début nécessaire. Ensuite, et cela en public, les habits ou masques, cagoules, qui ne permettent pas d'identifier les personnes, seront nécessairement interdits. Que quelqu'un veuille se cacher, ou porter une croix, je n'ai aucune objection, mais en privé, pas dans nos écoles. Nos religieux(ses) ont remisé leurs cornettes et soutanes et c'est bien fait. On ne veut pas revenir en arrière. Le vivre-ensemble implique qu'on doit savoir avec qui on vit, donc, pouvoir identifier ses interlocuteurs.

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 12 octobre 2018 08 h 28

      En effet, madame Laporte, c'est pourquoi j'avais employé le conditionnel. Cela, qui devrait suffire à les faire disparaître, ne suffira ni à tempérer leur croyance ni surtout l'ardeur avec laquelle les laïcards vont les tenir sous surveillance. Passer à autre chose, ce sera donc passer à un étage de plus dans la répression. Magnifique. Entre nous soit dit, si c'est la conception du vivre-ensemble que vous privilégiez, j'espère que vous pourrez la promouvoir tout à votre aise, sans doute, mais je compte bien qu'on lui fasse barrage «dans nos (?) écoles», notamment dans ces cours d'ECR qui répugnent tant à aux partisans de la laïcité fermée, sans doute parce qu'on préfère y développer le savoir et le dialogue plutôt que d'imposer des règles comme dans les bons vieux temps catholiques.