Oubli d’une minorité?

« Couillard se retire en défendant les minorités », titrait vendredi dernier LeSoleil. Sauf erreur, il n’a pas fait référence à la minorité de langue française au Canada. À ses yeux, doit-on comprendre que cette dernière dans l’ensemble du Canada serait moins importante que d’autres minorités au Québec ? C’est en cela, pourrait-on penser, qu’il s’est distingué considérablement des Lesage, Ryan, Bourassa et même Charest. Il est paradoxal que le plus fédéraliste des premiers ministres libéraux du Québec depuis près de soixante ans, Couillard, ait omis de « défendre » la minorité francophone du Canada dans son dernier message à ses concitoyens et aux nouveaux dirigeants du Québec, pourtant une minorité toujours fragile qui se voit accorder spécifiquement une protection aux termes de la Constitution canadienne.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

2 commentaires
  • Hugues Cormier - Inscrit 10 octobre 2018 07 h 33

    Triste attitude de M. Couillard

    Merci M. Juneau de souligner cette triste attitude de M. Couillard.

  • Samuel Prévert - Inscrit 10 octobre 2018 07 h 53

    Pas un oubli mais la volonté politique d'en finir avec la langue française


    Couillard était Premier ministre du Québec et non du Canada...

    À ce titre, il aurait dû valoriser la langue française et la protéger davantage. Il a fait tout le contraire en prêtant serment en anglais et en s'exprimant à l'étranger, et en notre nom, en anglais. Il a de plus, créé un secrétariat aux anglophones et prétendu que le français se portait très bien... Son anglophilie a servi d'exemple aux immigrants qui ont déserté les cours gratuits de français et jamais n'y a-t-il eu autant de Québécois inscrits dans les garderies bilingues, les programmes d'immersion en anglais ainsi que dans les cégeps et universités de langue anglaise.

    C'est par sa langue qu'un peuple meurt.