Décevante campagne

Le 20 août, Le Devoir m’a ouvert ses pages et a publié ma lettre intitulée « Une élection charnière ».

J’y avançais que le Québec devait saisir cette occasion de vivre enfin une campagne électorale sur le thème de la gouvernance : Jean-François Lisée nous avait fait la grâce de la soustraire à la peur du référendum, peur qu’a toujours manipulée le PLQ. On allait enfin pouvoir parler de l’environnement, de la corruption au PLQ, de la criminalité fiscale et de l’identité. Parler de l’identité surtout pour enlever aux loups et autres Meutes leur joujou symbolique.

À quoi avons-nous eu droit ? À une diabolisation de la CAQ et de son chef, donc de nouveau à une campagne de peur.

Avons-nous suffisamment parlé du bilan du PLQ ? En tout cas, ça m’a échappé. Avons-nous parlé de l’inexistence de ses propositions pour lutter contre l’évasion fiscale ? Ça m’a aussi échappé. Et sur ce point, la CAQ vaut à peine mieux. Avons-nous suffisamment illustré leur double discours à tous les deux sur la question environnementale ? Aurait-il fallu que le malheur survienne plus tôt à Gatineau pour que l’on se réveille enfin ?

Tous les bonbons qu’ils nous ont offerts, ils devront nous les retirer quand leur jovialisme budgétaire les laissera nus devant les coûts associés aux prochains événements climatiques : réparer les infrastructures dans le Grand Nord, et celles le long de la côte gaspésienne, faire face aux prochaines tempêtes et inondations, soigner plus en réponse aux canicules, etc. Et que dire de la hausse des coûts d’assurance, qui va nous frapper tous ?

Il n’y a que deux partis qui ont mis la question environnementale au coeur de leur plateforme : le PQ et QS. En ce qui concerne QS, la « révolution » qui nous est proposée aura plus pour effet de semer la pagaille que de nous préparer au défi du changement climatique.

Le PQ propose, lui, une approche pragmatique, dans la ligne de l’initiative « Le climat, l’État et nous » : coordonner les activités de tous les ministères en vue d’une réponse adéquate au défi climatique, et créer un organisme indépendant formé de scientifiques pour mesurer en temps réel les résultats de toutes les actions engagées, afin d’en ajuster les paramètres. Mais, de ça, avons-nous suffisamment entendu parler durant cette campagne décevante ?

Allons, allons, reprenez-vous ! Il reste encore une semaine.

2 commentaires
  • Mathieu Lacoste - Inscrit 26 septembre 2018 14 h 46

    «Jean-François Lisée nous avait fait la grâce de soustraire (la campagne électorale) à la peur du référendum (…) On allait enfin pouvoir parler de l’environnement (…) » (Robert Bernier)

    « Parler de l’environnement », Jean-François Lisée en parle: pas plus tard qu'hier, un article de ce journal rapportait qu'à l'instar du PLQ et de la CAQ, le PQ cesseraient de soumettre les projets miniers à une évaluation environnementale…

    … De même que l'on rapportait dans un autre article que M. Lisée jugeait trop contraignante les règles de conservation des milieux humides …

    Réf.:
    «En matière d’évaluation environnementale des projets, le PLQ, la CAQ et le PQ refusent par ailleurs de soumettre tous les projets miniers à un examen mené par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).» (Alexandre Shields, -Mines: libéraux, péquistes et caquistes disent non à une hausse des redevances-, Le Devoir, 25 septembre 2018)

    https://www.ledevoir.com/economie/537534/pequistes-caquistes-et-liberaux-disent-non-a-une-hausse-des-redevances-minieres


    «Mardi (25 septembre 2018), le chef péquiste, Jean-François Lisée, s’est engagé à faire ''un ajustement sérieux'' à la réglementation (qui protège les milieux humides)» (Isabelle Porter, - La facture liée aux milieux humides est moins élevée en Abitibi qu’ailleurs-, Le Devoir, 26 septembre 2018)

    https://www.ledevoir.com/politique/quebec/537655/milieux-humides-moins-couteux-en-abitibi-qu-ailleurs

    «M. Lisée (…) a expliqué lors de son passage à Amos, mardi après-midi (25 septembre 2018), qu'il souhaiterait changer les réglements (sic) et leur application ''rigide'' lorsqu'il est question de milieux humides.» (Vicky Fragasso-Marquis, - Milieux humides: Lisée trouve le régime actuel trop contraignant-, La Presse Canadienne, Amos, 25 septembre 2018)

    http://www.lapresse.ca/actualites/elections-quebec

  • Denise Bédard - Abonnée 26 septembre 2018 19 h 18

    Élections

    Tellement décué ils promis beaucoup mais les réalisations sont pour plus tard .J'attends encore mais j'ai déjà voter pour personne ou pour tout le monde en même temps c'est la première fois de ma vie que j'annule mon vote .
    Mème les journalistes tous les journalistes ne savaient pas comment nous expliquer que cette campagne était un vrai gâchis .
    Pas un seul parti a su me démontrer ce qu'il proposait était bon pour le peuple (la collectivité)mais pour se bitcher et pour s'attirer des votes ca ils essayent très fort. Vraiment pas fort leur élection.