Simonne Monet-Chartrand mérite davantage

Mme Simonne Monet-Chartrand mérite plus qu’un minuscule espace reliant la rue Sherbrooke à la rue Saint-Christophe par un escalier. Mme Chartrand a été présidente de la « Voix des femmes ». Active pendant des décennies dans le Mouvement pour le désarmement nucléaire et la paix, elle fut la véritable porte-parole d’une gauche incluant le rôle des familles dans un monde libéré de la misogynie, une attitude contraire à l’égalité entre les hommes et les femmes. Mme Chartrand fut de tous les combats pour l’émancipation des femmes, faisant de l’éducation la pierre angulaire de cette égalité restée inachevée. Elle était croyante, cependant opposée à une catéchèse qui impose le dogme. Même si elle provenait de la bourgeoisie, elle fit le pari de défendre les droits de ceux qui produisent tout, mais ne contrôlent pas grand-chose : les artisans, les travailleurs des villes et des campagnes. Mme Chartrand a vraiment aimé son peuple. Authentiquement réceptive à la vision d’un Québec socialiste et libertaire, Mme Chartrand mérite d’emblée une murale, dans un lieu comme le métro Longueuil, la ville ou elle résidait. [...]

À voir en vidéo