La CAQ chez le PQ

Alors que les deux premières semaines ont donné lieu à des attaques en règle entre la Coalition avenir Québec (CAQ) et le Parti libéral du Québec (PLQ), depuis quelques jours, la scène s’est déplacée du côté du Parti québécois (PQ) qui, de toute évidence, est contraint de se défendre contre la CAQ qui se positionne nettement comme le grand défenseur de l’identité nationale, un fief réservé au PQ depuis plusieurs décennies. Et, pour en rajouter, Legault accentue les interventions sur la priorité à défendre la survie de la langue française, un domaine privilégié par le PQ depuis sa fondation. En termes clairs, je suis d’avis que la CAQ commence à sentir la soupe chaude et que, pour s’attirer le maximum de visibilité médiatique, M. Legault tire sur tout ce qui bouge, notamment sur les domaines traditionnellement dévolus au PQ pour lesquels le chef, Jean-François Lisée, démontre un aplomb remarquable. En bref, il appert que la lutte initiale entre le PLQ et la CAQ vient de se voir imposer un troisième joueur, à savoir le PQ, et que le dernier segment de la campagne pourrait bien nous réserver des surprises si Jean-François Lisée persiste à garder le cap sur les valeurs sociales-démocrates du PQ, notamment la défense des intérêts du Québec, un des fers de lance de ce parti depuis sa création.

7 commentaires
  • Yvon Pesant - Abonné 10 septembre 2018 06 h 01

    Lisez Lisée

    Vous avez bien raison, monsieur Martineau. Jean-François fait preuve d’un aplomb remarquable.

    Il faut lire tout ce que cet homme a pu écrire jusqu’ici sur le Québec et sa capacité de se développer intelligemment pour bien comprendre la confiance qu’il a dans le projet d’indépendance et sa détermination personnelle d’y travailler tout aussi intelligemment comme chef de parti et chef d’état.

  • Jean-Pierre Martel - Abonné 10 septembre 2018 06 h 07

    Les attaques expriment la crainte

    Depuis des années, la CAQ dit aux gens ce qu’ils veulent entendre. C’est la raison de son succès.

    Aux angloQuébécois elle dit qu’on attache trop d’importance à la défense du français. Et aux francoQuébécois, elle se veut plus péquiste que le PQ avec des moyens d’action qui ne sont que de la poudre aux yeux.

    Ariane Moffatt chantait ‘Je veux tout’. La CAQ aussi. Elle ratisse large dans le but de diriger un gouvernement majoritaire. C’est ce que lui laissent espérer les sondages effectués au déclenchement des élections.

    Toutefois, les sondages internes de la CAQ tiennent compte de l’excellente performance de Lisée jusqu’ici. Ils sont plus récents et obligent la CAQ à essayer d’enrayer une légère remontée, je présume, du PQ qui pourrait se transformer en vague de fond si les deux partis meneurs laissent faire.

  • Gilles Bousquet - Abonné 10 septembre 2018 06 h 11

    La défense des intérêts du Québec DANS LE CANADA ?

    Si Jean-François Lisée persiste à garder le cap sur les valeurs sociales-démocrates du PQ, notamment la défense des intérêts du Québec, quand ça réussit, le Canada, comme l'a aussi fait Duceppe, avec le Bloc, les remercie.

    Améliorer le Québec DANS LE CANADA, en le défendant efficacement, comme le souhaitent prioritairement, les 5 députés du nouveau parti fédéral, "Québec debout" et le PQ-Lisée. c'est comme le veut aussi la CAQ-Legault, une affaire pour solidifier le Québec DANS LE CANADA, une affaire...full-fédéraliste.

    Monter les défauts du fédéral, au Québec et, mousser le "Québec un pays" sont des actions indépendantistes.

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 10 septembre 2018 08 h 52

    Étonnant ?!?

    « je suis d’avis que la CAQ commence à sentir la soupe chaude et que, pour s’attirer le maximum de visibilité médiatique, M. Legault tire sur tout ce qui bouge, notamment sur les domaines traditionnellement dévolus au PQ pour lesquels le chef » (Henri Marineau)

    De cet avis, partial ? (A), il est comme « en-corps » étonnant d’observer la problématique-présence légendaire des « taupes » au sein des Formations politiques ; des taupes s’alimentant mutuellement de « tauperies » susceptibles de déstabiliser ou de confirmer et célébrer leur adversité ou leur politesse !

    Étonnant ?!? - 10 sept 2018 –

    A : Nos grands-parents nous disaient qu’en campagne électorale valait mieux l’impartialité que la neutralité. Bref !

  • Claude Gélinas - Abonné 10 septembre 2018 10 h 25

    Surprenant Lisée !

    Qui ne manquera pas de faire ses marques lors des prochains débats. Un esprit organisé, excellent communicateur et homme politique expérimenté.