Un grand monsieur

Quand j’ai appris la mort de Gilles Pelletier, j’ai eu envie de partager un souvenir que j’ai toujours chéri précieusement. À la fin des années 1960, je marchais rue Saint-Denis, avec la petite mélancolie qui accompagne souvent les adolescentes qui ne se trouvent pas assez séduisantes… Soudain, j’ai tourné la tête, en voulant traverser la rue, et… voilà Gilles Pelletier en chair et en os, là, à côté de moi ! J’étais médusée ! Je lui ai dit : « C’est vous ? » Il m’a répondu avec un sourire : « Oui, et c’est vous ? » Et de commencer une conversation… Nous avons fait route ensemble jusqu’au métro Mont-Royal. Je lui posais des questions sur lui, mais il orientait toujours la conversation sur moi : sans paternalisme, avec un réel intérêt, il s’est informé de mes études, de mes loisirs, de mes goûts. Adieu ma petite mélancolie ! Gilles Pelletier s’était intéressé à moi ! Il m’a donné ce soir-là l’impression que tous les êtres sont de même importance.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Deux ans plus tard, je l’ai revu, cette fois, dans le métro. Je lui ai fait un petit signe de la tête, mais j’étais certaine qu’il ne me reconnaîtrait pas. Eh bien oui, il s’est souvenu de moi et m’a demandé des nouvelles. Nous avons continué notre conversation comme si nous nous étions rencontrés la veille. Ce n’est qu’une petite anecdote, mais pour moi, elle démontre toute la bonté, la simplicité de ce grand monsieur.

2 commentaires
  • Jean Thibaudeau - Abonné 10 septembre 2018 10 h 03

    Gilles Pelletier

    Cela ne m'étonne pas de lui...

  • Pierre Raymond - Abonné 10 septembre 2018 11 h 32

    Quelle belle histoire !

    Francine Labrie vous êtes une personne chanceuse et vous le savez.
    Je suis content pour vous.