Samian… et le Plan Nord

Le rap, « c’est pas mon genre », mais je suis sur place, alors pourquoi ne pas prendre le temps de l’entendre. J’ai adoré ! Un type talentueux, et sympathique ! Et des textes percutants !

Mais la chanson sur le Plan Nord, c’est dépassé, non ? On n’en entend plus parler. On est passé à autre chose, non ? ! Samian nous a confié qu’on lui avait demandé de changer le titre de cette chanson. Le titre dérangeait, particulièrement le gouvernement, mais aussi certains chefs de communautés autochtones. Samian a bien voulu changé le titre pour : le Plan Nord 2.0. On a bien ri. Et il était fier de la chanter en face du parlement, ce soir-là.

Après coup, j’ai compris que le gouvernement en avait, lui, changé le titre… pour Tourisme. Belle enveloppe. On n’imagine plus que les paysages du Grand Nord à couper le souffle, les belles rivières pour canoter, les sentiers à développer sur lesquels on pourra admirer la toundra, les grands espaces, les aurores boréales, les lacs et rivières… On oublie que le Plan Nord veut dire développement, développement économique en particulier. Et développement économique signifie arrivée massive de travailleurs, de nouveaux résidents, et de touristes, ce qui inclut aménagement de rivières, pour l’électricité, déboisement à grande échelle pour les maisons-condos-hôtels-auberges-etc., à construire, sans compter les nombreux parcs qui y seront aménagés. Et la faune, et la flore, dans tout ça ?

Ce sont les trois quarts du Québec qui sont visés. Un grand développement. Tout ce qu’il y a de plus beau. Pour des compagnies minières de tous pays. « Le temps se réchauffe aussi au Nord. Il est temps d’aller occuper ce territoire et d’en profiter. » En effet, on prévoit des profits à hauteur de plusieurs milliards de dollars. Le gouvernement parle de créer de nombreux emplois pour les gens de la région. On peut facilement supposer que leur intérêt se porte surtout sur les redevances que ces compagnies minières pourront lui verser. Qui profitera de tout cet argent ?

J’ai compris que la vérité, ce sont les artistes qui la disent. Les « gars » assis dans leur fauteuil en haut de la tour ont compris, eux, qu’en disant la vérité, aucun profit n’entrera dans leur poche.

J’ai eu peur, après avoir entendu la chanson de Samian, peur de « perdre le Nord »… mais je suis contente que cet artiste se lève pour « dénoncer » ce genre d’aberrations provenant de : « On ne peut pas arrêter le progrès ! »

Changer de vision, changer de formule, changer la façon de penser, d’agir, changer de modèle de gouvernance… je crois que c’est possible !