La PC, organe de presse du PLC?

La Presse canadienne (PC) a pondu un reportage rose bonbon sur l’investiture de Justin Trudeau dans Papineau (Le Droit, 20 août 2018). Il semblerait que tout se soit déroulé dans l’harmonie et la bonne humeur. La PC n’a pas jugé pertinent de nous rapporter l’interpellation d’une personne présente qui lui demandait quand il nous rembourserait la facture de 146 millions que nous ont laissée ses « invités ». Vous ne saurez pas non plus la réaction hystérique de M. Trudeau qui a hurlé dans son micro que cette personne était indigne de la citoyenneté canadienne. Pas plus que vous ne saurez qu’un agent de la GRC s’est empressé d’expulser cette personne d’un endroit public, pour avoir pour osé poser une question politiquement embarrassante à son patron. Quant à la facture de 146 millions, meilleure chance la prochaine fois !

3 commentaires
  • Pierre Desautels - Abonné 23 août 2018 09 h 35

    Un complot?


    Bon, encore la théorie du complot. La Presse canadienne a publié plusieurs textes sur cet évènement, dont
    celui-ci :
    http://journalmetro.com/actualites/national/174130

    Et Trudeau a bien fait de mettre à sa place cette dame, membre du groupe d'extrême droite Storm alliance. Le silence vis-à-vis ces groupes n'est plus acceptable.

    • Marc Therrien - Abonné 23 août 2018 11 h 20

      Et puisque, selon ses opposants, il ne s'agissait que d'une simple question d'argent et non pas d'immigration comme tel, si jamais Justin Trudeau prenait un certain plaisir à les offenser, et que cette même question revenait encore, il n'aura qu'à leur reprocher leur avarice en leur rappelant qu'ils tiennent bien de ce bon vieux Séraphin.

      Marc Therrien

  • Jean-Guy Aubé - Abonné 23 août 2018 12 h 39

    Situation fragile

    La Presse Canadienne est une coopérative dont sont membres les medias qui veulent y participer. Elle est fragilisée par ses finances précaires, donc elle est susceptible d'être l'objet de pressions de plusieurs groupes d'intérêts dont les partis politiques. A ce stade ci je ne serais pas enclin à l'accuser d'être biaisée en faveur d'un parti ou d'un groupements d'entreprises ou d'intérêts économiques. Mais la vigilance et l'esprit critique des citoyens face à ce qu'elle publie est évidemment toujours de mise. Elle est aussi un label commode pour les journalistes qui ne veulent pas signer leurs articles, en laissant simplement le nom de l'agence comme source.