Des coops à «bines» et à «cannes»

Intéressant article d’Isabelle Paré sur les marchés d’alimentation participatifs (Le Devoir, vendredi 16 août). Une résurgence ! Au tournant des années 1980, il y avait une profusion de coopératives d’alimentation à Montréal.

On distinguait les « coops à cannes » des « coops à bines » selon qu’il s’agissait d’alimentation ordinaire ou granola, mais le principe était le même : participation des membres au travail dans la coop pour des économies importantes dans le panier. Ces coops s’inscrivaient dans le mouvement des groupes populaires et la démocratie « au niveau de la rue ».

Puis, avec le passage des années 1980, ces coops ont fermé les unes après les autres. Il serait intéressant de savoir pourquoi et de comparer avec le mouvement actuel.

À voir en vidéo