Perdre les pédales

Je suis scandalisé par l’intervention de la mairesse Valérie Plante pour faire reculer, pardon, pour discuter avec l’administration du cimetière Mont-Royal concernant sa décision de bannir les cyclistes des allées du cimetière. L’administration du cimetière a eu le courage de prendre une décision qui s’imposait et elle a l’autorité de le faire.

[...] Il est réjouissant de penser que nous pourrons nous promener calmement sans craindre l’arrivée de cyclistes à vive allure. J’appuie l’administration du cimetière dans sa décision et j’invite la mairesse à arrêter de protéger une minorité représentée par un lobby hyperactif, et ce, au sein même du bureau de la mairesse.

J’aimerais que Valérie Plante se penche aussi sur la disparition de places de stationnement sur l’avenue des Pins entre Saint-Urbain et Saint-Laurent, qui sont pourtant pratiques lorsque je vais chez mon ostéopathe. Je ne savais pas que c’était un crime de se déplacer en voiture à Montréal.

Mais Projet Montréal, dans son désir de voir disparaître l’automobile de la ville, rend la vie plus difficile aux citoyens. Un peu plus d’écoute et de dialogue serait apprécié de ce parti. Nous devrons y repenser à la prochaine élection.

2 commentaires
  • Sylvain Patenaude - Abonné 3 août 2018 09 h 40

    Tout à fait d'accord

    Vous avez bien raison de souligner cette intervention injustifiée. L'administration Plante devrait plutôt s'occuper du marquage des voies pour cyclistes et piétons, de la circulation illégale des cyclistes sur les trottoirs, de la chaussée à réparer sur les trottoirs, dans les ruelles et dans nos rues.

  • Raphael Henri-Jolicoeur - Inscrit 3 août 2018 12 h 51

    Ça ne doit pas être facile de vivre en ville...

    Ça ne doit pas être facile de vivre en ville, pauvre homme. Avec toutes ces voitures qui arrivent à vive allure et qu'il faille craindre.

    La mairesse ne propose pourtant pas de fermer une rue dès qu'une voiture frôle un piéton, qu'un camion écrase un cycliste ou, pire, qu'un cyclistes arrive à vive allure...

    Apprendre à cohabiter et à partager les voies publiques entre vivants, c'est probablement trop demander aux morts.

    Pleurons les lobbies automobile et pétrolier, dont Valérie Plante et le lobby cycliste bafoue les idéaux. Votre dialogue de sourd ne saurait faire grand bruit.

    Pauvre homme.