Les bons et les méchants

Votre lucidité vous honore, Madame Pelletier, et éclaire la néo-grande noirceur qui attaque notre société timorée. Non seulement on veut museler et infiltrer la création artistique, mais on exige maintenant une autocensure de la part des auteurs. Le concept d’appropriation culturelle en fait foi. Concept flou qui prête à toutes les interprétations et qui laisse subodorer qu’il est strictement mauvais.

Et pourtant, c’est le rêve de toute société qui accueille des immigrants de les voir s’approprier la langue du pays et ses us et coutumes. Et les natifs ont aussi tout intérêt à s’approprier les valeurs des nouveaux arrivants qui ont beaucoup à partager. L’appropriation culturelle mutuelle est le gage d’une cohabitation riche et réussie.

Mais les éteignoirs et les nouveaux curés ne l’entendent pas ainsi. Leur pensée manichéenne divise le monde en deux, les bons et les méchants. Et dans leur délire idéologique, les bons sont tous et toujours bons et les méchants, tous et toujours mauvais. La nuance, ils y sont allergiques. Et c’est en vertu de cette régression quasi religieuse que la lumière au bout du tunnel restera éteinte pour longtemps encore. À moins qu’on adopte un néo-refus global et qu’on passe à l’attaque dans les plus brefs délais.

4 commentaires
  • Gilles Bousquet - Abonné 2 août 2018 07 h 47

    C'est comme...pour les guerres

    On est toujours "les bons" et les ennemis "les méchants"...invariablement.

    De temps en temps, après un certain temps, certaines de ces vérités changent comme celle des Indiens d'Amérique, des Incas, des Mayas et des esclaves noirs, aux États-Unis, principalement. Les victimes du temps deviennent des martyrs des Européens, principalement...blancs, ce qu'ils ont été.

  • Cyril Dionne - Abonné 2 août 2018 11 h 51

    Le Yin et Yang des bons et des méchants

    Difficile de diviser le monde entre les bons et les méchants. George W. Bush l’avait fait avec son fameux « you’re either with us or against us » et on connaît tous le résultat de cette politique désastreuse qui était axée sur la construction de régime démocratique partout dans le monde. 800 000 morts Iraquiens plus tard, rien n’avait changé mais avait empiré avec l’apparition des djihadistes de l’EI. Ronald Reagan parlaient des combattants de la liberté lorsqu’il parlait des « Contras » et de terroristes lorsqu’il s’adressait aux socialistes de Daniel Ortega du Front sandiniste de libération nationale. Aujourd’hui, Ortega le bon, est devenu un tyran.

    Pour en revenir à nos moutons, les apôtres de l’appropriation culturelle de la très Sainte rectitude politique de l’idéologie multiculturaliste, pourfend le racisme supposément systémique en devenant racistes. Ils défendent la liberté d’expression des minorités en censurant celle des autres. Ils veulent abolir les ghettos et pour en construire d’autres à l’épreuve de l’appropriation culturelle pour s’y réfugier. Ils veulent l’égalité en imposant des schèmes de discrimination positive et des quotas sur la majorité de la population. Ils veulent faire porter leur message en s’immisçant dans les affaires des autres en utilisant leurs créateurs et leurs moyens de production pour servir leurs fins.

    Enfin, c’est le Yin et Yang des bons et des méchants. Les méchants veulent passer pour des bons parce qu’ils veulent défendre les gentils contre les méchants afin que les gentils ne deviennent pas trop gentils et les méchants trop méchants. Et si on continue dans cette tangente, les bons ne seront jamais assez bons et les méchants assez méchants et on manquera notre cible du vivre-ensemble en communion sociétale.

    C’est « ben » pour dire.

    • Serge Lamarche - Abonné 2 août 2018 17 h 11

      Qu'est-ce que vous avez à caler le multiculturalisme à toutes les occasions? Ça vous empêche de caler les autres cultures? Le multiculturalisme empêche les anglais de caler les autres cultures incluant la francophonie.

    • Cyril Dionne - Abonné 2 août 2018 18 h 00

      Cher M. Lamarche,

      Le multiculturalisme parle la langue de Don Cherry. Est-ce que vous avez déjà entendu du multiculturalisme francophone? Et voilà, c'est en posant la question que la réponse vient automatiquement. Et le multiculturalisme n’est pas synonyme de l’interculturalisme. Bien au contraire.