Honte à MM. Couillard et Barrette!

On apprenait, dans les dernières semaines, qu’une poursuite collective a été déposée contre la maltraitance des aînés dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).

J’applaudis cette démarche. Mais je trouve désolant qu’on se soit rendu jusque-là pour dénoncer l’inaction du gouvernement dans ce dossier.

Les mauvais services aux résidents des CHSLD ne sont pas récents. Ça fait longtemps qu’on le sait. Dans les médias, on a entendu de nombreuses histoires d’horreur dans les CHSLD, que ce soit les patates en poudre, n’offrir qu’un bain par semaine, etc.

De plus, on apprenait dernièrement que des résidents du CHSLD de Cowansville ont été privés de bain durant deux semaines lors de la canicule au début du mois de juillet. Les aînés ont travaillé toute leur vie à la sueur de leur front et c’est comme ça que le gouvernement les remercie ? En leur donnant un bain par semaine ? En laissant des résidents trop longtemps dans leur couche souillée ? En refusant de traiter leurs caries dentaires ? C’est scandaleux !

On entend souvent parler de mourir dans la dignité, mais vivre dans la dignité est tout aussi essentiel. Mais Philippe Couillard paie grassement les médecins spécialistes en leur donnant une augmentation de salaire de 11,2 % jusqu’en 2023. Comme si ce n’était pas assez, ils reçoivent plusieurs primes, comme la prime d’assiduité versée aux chirurgiens qui arrivent avant 8 h au bloc opératoire et qui est passée de 105 $ à 110,85 $.

Ils ont également une prime de 211 $ l’heure pour simplement assister aux réunions. C’est aberrant ! Un chum c’t’un chum ! Le Parti libéral du Québec aurait pu réinvestir tout cet argent dans l’embauche de personnel dans les CHSLD ou pour les familles naturelles qui ont des enfants handicapés par exemple.

M. Couillard manque cruellement d’humanité ! Les Québécois méritent mieux que ce gouvernement. Assez, c’est assez ! Libérez-nous des libéraux !

7 commentaires
  • Mario Jodoin - Abonné 1 août 2018 02 h 03

    Précision

    «Les aînés ont travaillé toute leur vie à la sueur de leur front et c’est comme ça que le gouvernement les remercie ?»

    Personnellement, je considère ces soins comme des droits qui n'ont rien à voir avec le mérite du travail antérieur de ces personnes. Ils ne sont pas un signe de remerciement, mais simplement celui d'une société civilisée.

  • Yves Côté - Abonné 1 août 2018 03 h 17

    Merci...

    Le seul besoin réel des libéraux est le nombre de votes.
    Il est donc logique que l'abandon de soins et de secours pour les personnes qui font partie des groupes proportionellement les moins en mesure de déposer un petit bout de papier dans les urnes, figure à leur honteux programme d'inactions sélectives...
    Au compte desquels on trouve les personnes agées en perte sérieuse d'autonomie, les personnes handicapées mais aussi les personnes qui aux yeux de plusieurs, sont des "déficients sociaux" (personnes aux vies alternatives par choix, petis délinquants et criminels par démunition, vagabonds par abandon sociale, etc).
    Tous gens sans intérêt pour les libéraux puisqu'en plus, très souvent abandonnés même de leur entourage (familles et amis) d'aidants pourtant dits "naturels". Eux, pour beaucoup devenus indifférents à ce qui devraient être leurs proches...

    Quelle est belle la société des élus libéraux !
    Votons nombreux mes amis, votons pour eux et elles qui nous aident à diminuer sans cesse plusssse notre humanité.
    Pour le faire, fermons-nous bien dur le nez et les yeux et les oreilles mes Alouettes.
    Surtout que pour nous faire plumer dans l'indifférence de la disparition progressive de nos valeurs sociales historiques, ça aide en maudit...

    Merci de votre coup de gueule d'aujourd'hui, Monsieur Matte !

  • Nadia Alexan - Abonnée 1 août 2018 04 h 27

    Faire attention de ne pas voter contre l'intérêt public.

    Je suis tout à fait d'accord avec vous, monsieur Matte. Monsieurs Couillard et Barrette ont détruit nos services publics en faveur de leurs amis les médecins grassement rémunérés et les entreprises privées largement subventionnées.
    Il faut absolument se débarrasser de ce gouvernement, mais il faut faire attention de ne pas le remplacer par un gouvernement de droite qui prône le néolibéralisme, qui soit pire encore.

  • Denise Ouellet - Abonnée 1 août 2018 07 h 24

    Bravo c'est bien dit!

    Mais que feront les québécois en octobre prochain?

  • Claude Gélinas - Abonné 1 août 2018 10 h 07

    À plein ventre dans le plat de bonbons ! Il ne faut surtout pas décolérer.

    Le sage Claude Castonguay a tellement raison lorsqu'il déclare qu'en raison des conflits d'intérêts le poste de Ministre de la santé ne devrait jamais être occupé par un médecin. Trop facile de céder aux demandes de leur Fédération lorsque l'on sait qu'une fois la carrière politique du Ministre terminée ce dernier pourra profiter des avantages consentis à ses collégues.

    Que dire des primes déraisonnables pour tout et rien ! Quelle entreprise québécoise accorde une prime pour récompenser la ponctualité ? Seul l'État a de tels moyens .

    Comment expliquer le fait que dans une société sociale démocrate que les médecins spécialistes qui ont profité d'études financées en grande partie par les contribuables québécois ne soient pas tenus de redorer gratuitement à la communauté un nombre d'heures par semaine dont notamment par le biais de réunions non rémunérés ou par le biais de d'autres obligations. Mais non, toujours le fric, le fric et le fric sans oublier les fiducies familiales.

    Que dire également de ces médecins qui une fois leurs études complétées quittent le Québec sans vergogne pour s'enrichir à l'étranger sans que jamais ils ne soient tenus de rembourser le Québec des dépenses encourues pour leur formation. D'aucuns les considèrent à raison comme des profiteurs.

    Pour toutes ces raisons les médecins sont de plus associés à des capitalistes sauvages dont la cupidité et l'appât du gain sont devenus pour un grand nombre le but de leur carrière et de leur vie. Faut-il se surprendre que leur réputation en soit atteinte et que le PLQ risque de perdre l'élection en raison notamment de ce copinage et de cette dérive.

    • Brigitte Garneau - Abonnée 1 août 2018 11 h 49

      Vous avez très bien résumé la situation, M. Gélinas. Tout est dit!