Éloge de la différence et de la liberté d’expression

Comme l’a bien exprimé Yves Jacques au sujet du retrait des pièces SLĀV et Kanata, des Noirs et des Autochtones ont tiré sur leur messager, car en empêchant directement ou indirectement un grand artiste comme Lepage de défendre leur cause par le théâtre sur le plan international, ils se tirent dans le pied en favorisant un repli sur soi, une ghettoïsation de leur culture, une expression racisée de leur histoire et de leur culture, à une époque et dans une société, comme celle du Québec, qui vivent à l’heure des métissages culturels et de l’interculturalisme. C’est un dangereux repli sur soi dont les seuls gagnants logent dans le camp du racisme.

Ces Noirs, Autochtones et autres qui se sentent opprimés et exclus font bien de revendiquer leurs droits et une place plus équitable dans la société québécoise par, entre autres, des actes de création artistique et de revendication sociale et non par la censure et par l’interdiction à des non-Noirs ou non-Autochtones de traiter de leur histoire et de leur culture. Vive la différence et la liberté artistique !

12 commentaires
  • Mario Jodoin - Abonné 1 août 2018 01 h 57

    Si j'ai bien compris...

    Si, comme vous dites, Yves Jacques s'est bien exprimé, comme il a parlé de l'assassinat de Robert Lepage, cela veut dire que plus jamais une de ses oeuvres ne sera présentée (je n'ose interpréter ses propos comme un assassinat réel). Bref, je pense qu'il s'est mal exprimé.

  • Mario Jodoin - Abonné 1 août 2018 02 h 47

    Vous avez raison

    ...d'avoir exclu les commentaires du texte de M. Ludovic Fouquet, car il est tellement mauvais et rempli de sophismes et de contradictions que les échanges auraient sûrement dégénéré. Bravo!

    • Jean-Charles Morin - Abonné 1 août 2018 15 h 51

      Merci de m'avoir fait connaître par vos commentaires le texte de Monsieur Fouquet que je me suis fait un devoir de lire. Je n'y ai toutefois pas décelé les sophismes et les contradictions que vous avez cru y voir, mais plutôt une pensée sensible et équilibrée. Quelques explications de votre part pour soutenir votre thèse et faire comprendre votre point de vue, que vous semblez percevoir comme une évidence, auraient été ici de mise, je crois.

    • Mario Jodoin - Abonné 1 août 2018 19 h 19

      «Pour faire un spectacle qui parle d’une réalité autochtone ou de l’esclavage, il faudrait forcément avoir une distribution autochtone ou noire ?» Sophisme de l'épouvantail (où on trafique la pensée de nos adversaires pour mieux les attaquer), personne ne demande ça.

      «Si on pousse à l’extrême cette logique» Sophisme de la pente glissante, probablement le sophisme le plus utilisé dans ce débat. Si ça continue, on va... et là on se permet d'ajouter quelque chose que personne ne demande, ici de cantonner des acteurs à des rôles précis.

      «À entendre les réactions hostiles au spectacle, la seule forme de théâtre possible serait donc un théâtre hyperréaliste ou du théâtre documentaire» Cette fois, cette phrase réunit les deux sophismes précédents d'un seul coup, car encore là, personne ne demande cela et il est improbable que quiconque le demande à l'avenir..

      Je crois avoir donné suffisamment d'exemples, d'autant plus qu'une grande partie de la suite repose sur ce départ inventé. Cela dit, je suis aussi contre l'annulation de ces spectacles! Mais, je trouve déplorable de sentir le besoin de déformer la pensée des autres et d'inventer des «si ça continue» pour faire valoir son point de vue.

  • Paul Gagnon - Inscrit 1 août 2018 09 h 10

    La vrai question est...

    Robert Lepage est-il noir? NON
    Est-il autochtone? NON
    Ce qui est derrière et qu'on refuse de voir, le reste, c'est une lutte de pouvoir.
    Un petit groupe qui veut du pouvoir, peu importe la cible!

  • Cyril Dionne - Abonné 1 août 2018 09 h 47

    Allez comprendre

    Allez comprendre. On pourfend le racisme supposément systémique en devenant raciste. On défend la liberté d’expression des minorités en censurant celle des autres. On veut abolir les ghettos et on en construit d’autres plus étanches pour s’y réfugier. On veut l’égalité en imposant des schèmes de discrimination positive et des quotas sur la majorité de la population. On veut faire porter notre message en s’immisçant dans les affaires des autres en utilisant leurs créateurs et les moyens de production pour servir nos fins.

    Est-ce que quelqu’un pourrait nous expliquer parce que c’est difficile à comprendre ou à suivre. À moins qu’il s’agisse de revendications qui conduisent à des ramifications monétaires pour les groupes concernés, « territoire autochtone non cédé » oblige.

    • Jean-Charles Morin - Abonné 1 août 2018 15 h 35

      Sur le site internet du Centre national des Arts d'Ottawa, une bonne âme a tenu à préciser en toutes lettres, le plus sérieusement du monde, que le bâtiment est situé sur "un territoire algonquin non-cédé". Comme quoi une partie de l'élite bien-pensante outre-Outaouais (la partie anglophone peut-être) s'est vu offrir un abonnement de saison pour les idées à la mode du jour. Il y en a qui ne sont pas à la veille de sortir du bois.

    • Cyril Dionne - Abonné 1 août 2018 18 h 53

      Trop drôle M. Morin.

      On pourrait répondre aussi que tous les territoires appelés « réserves » au Canada, vous savez, ces prisons à ciel ouvert grands comme des terrains de camping que plusieurs chefs autochtones aiment tellement et s’y plaisent puisque la manne fédéral y coule à flot pour eux et non par pour leurs membres, sont des territoires non cédés de la Couronne. Ils appartiennent tous légalement au gouvernement, c'est à dire aux contribuables.

      C'est « ben » pour dire.

  • Alexis Lamy-Théberge - Inscrit 1 août 2018 10 h 59

    Incroyable

    Les lettres des lecteurs des dernières semaines ne proposent pas toujours une réflexion permettant d'approfondir la compréhension de l'enjeu, mais la majorité le tente, du moins.

    Dans ce cas, je me demande si l'enjeu s'épuise ou si personne ne veut plus se prononcer, pour qu'on en soit rendu à publier un texte moralisateur et condescendant envers des militants qui agissent sur la base de leur expérience réelle.

    Comme si cette action était la première qu'ils tentaient....vous sauriez mieux qu'eux les conséquences des actions politiques et la vraie façon de militer? La continuellle arrogance de ces pages confirme toutefois que ces actions ne pas permis d'éclairer la population....

    • Cyril Dionne - Abonné 1 août 2018 12 h 33

      Bon, vous êtes devenus un expert de la vraie façon de militer maintenant? Éclairer la population sur quoi? Qu'un petit groupe d'anarchistes multiculturels imposent leur vision du monde par le chantage et le bullying au nom de la très Sainte rectitude politique? Donc, par l’intimidation, en développant un comportement agressif et en harcelant les autres, on arrive à nos fins? C’est le message que vous voulez envoyer pour une meilleure cohésion sociale et un vivre-ensemble?

      L’appropriation culturelle, cette douce invention américaine pur laine, est un euphémisme. C’est pousser le ridicule vers des sommets jamais vu auparavant. Comme ils le disent si bien au pays de l’oncle Sam : « Stupid is as stupid does ».

      « Le ridicule déshonore plus que le déshonneur. » (François de la Rochefoucaud)