Les vélos au cimetière Mont-Royal

Encore un coup porté à ces dangereux délinquants : les cyclistes.

J’habite à deux pas du cimetière Mont-Royal. C’est pour moi une voie de passage obligée pour me rendre à la montagne ou au centre-ville. Je le faisais souvent à vélo. C’était plaisant et sécuritaire, pour l’homme de 64 ans que je suis, et pour son lourd vélo poussif. C’était bon pour ma santé et pour celle de mes concitoyens, car je ne faisais aucun bruit et ne produisais aucune pollution. Je prendrai désormais la voiture. On n’arrête pas le progrès.

Depuis des années, je passe presque tous les jours dans le cimetière, à pied ou à vélo. J’y ai vu circuler des centaines de cyclistes. À quelques très rares occasions, ils m’ont paru trop nombreux et ils roulaient un peu vite à mon goût. Jamais assez pour m’importuner. À part cela, je n’ai jamais été témoin de la moindre incivilité de leur part et, chose remarquable, je n’ai jamais vu de déchets sur leur passage.

On tolère des jeunes qui se saoulent, se droguent et font du tapage sur la voie publique. Les pelouses et les arbustes massacrés après un spectacle rock, pas de problème ! Un jeune qui pétarade à 80 km/h à minuit sur un boulevard urbain… il faut bien que jeunesse se passe. Mais un jeune roulant à 25 km/h dans un cimetière, voilà qui trouble notre tranquillité. Tolérance zéro !

Leur jeunesse, leur liberté, leur beauté, leur santé sont une insulte à notre mode de vie de consommateurs motorisés en surpoids.

2 commentaires
  • Robert Morin - Inscrit 30 juillet 2018 09 h 58

    Bravo

    En tant que marcheur, je prise la tranquilité d'esprit du cimetière. Enfin libéré des compétiteurs cyclistes moulés lycra !

  • Normand Gagnon - Abonné 30 juillet 2018 12 h 06

    Encore une fois, une majorité paie pour une minorité

    M. Morin, ce ne sont pas TOUS les cyclistes qui se comportent mal, mais une minorité. ET comme d'habitude, on généralise. Je porte moi-même des vêtements de lycra, tellement plus pratique, mais je suis loin de rouler comme un coureur.