Un mode de scrutin archaïque

Dans son éditorial du 18 juillet, Jean-Robert Sanfaçon se questionne sur le fait que les Ontariens, « ces Canadiens si raisonnables, politiquement toujours si corrects et financièrement si rationnels », aient voté pour Doug Ford. Or, les Ontariens n’ont pas voté majoritairement pour M. Ford. Encore une fois, les déformations de notre mode de scrutin sont à la source du problème, car selon les résultats, 60 % des Ontariens qui ont exprimé leur vote, soit la grande majorité, n’ont pas voté pour Ford. Sans oublier que seulement 58 % ont voté. Donc, ces Ontariens habituellement si raisonnables sont loin d’avoir donné majoritairement leur vote à M. Ford, bien que celui-ci ait obtenu une majorité de sièges et tout le pouvoir. Ils sont simplement les victimes d’un mode de scrutin dépassé qui depuis longtemps, autant au provincial qu’au fédéral, ne reflète plus la volonté populaire.

À voir en vidéo