Entrevue rigoureuse

Une petite éclaircie est apparue dans l’épaisseur des nuages qui planent sur la Maison-Blanche. Et qui donne un peu d’espoir pour la suite des choses depuis cet invraisemblable sommet d’Helsinki, où Donald Trump a déshonoré une fois encore sa fonction de président des États-Unis. Ce virage insoupçonné fut réalisé par la chaîne Fox News, qui a traité ce sujet sur un ton jamais entendu. En particulier grâce à cette entrevue du chroniqueur Chris Wallace, seul journaliste à s’entretenir avec le président russe, Vladimir Poutine. Une entrevue rigoureusement menée avec des questions très pertinentes et sans aucune compromission. Une page de grand journalisme qui faisait du bien à entendre !

1 commentaire
  • Cyril Dionne - Abonné 20 juillet 2018 08 h 33

    Pas besoin de « middle man » pour en arriver à la bonne conclusion

    Oui, les Russes ont espionné et se sont ingérés dans les campagnes d’Hillary Clinton et de Donald Trump. Pas besoin de journaliste pour en arriver à cette conclusion. Si le cas avait été le contraire, on aurait pu se poser beaucoup de questions quant à l’efficacité du gouvernement russe en place. Ceci étant dit, on pourrait ajouter à peu près le nom de chaque superpuissance qui en a fait de même. Tous les gouvernements espionnent les autres gouvernements. La Chine était omniprésente dans ce dossier, protectionnisme américain avec Trump oblige.

    Ceci étant dit, quelle a été l’efficacité de cette ingérence? Disons poliment que cela n’a pas changé grand-chose. Ceux qui étaient convaincus qu’ils voulaient un changement au paradigme des politiques du libre-échange et du mondialisme engendrées par les élites néolibéralistes de l’establishment aux souliers cirés étaient convaincus il y a longtemps après avoir perdu leur travail et leur maison. Même les opposants de Poutine, vous savez ceux qui risquent leur liberté ou leur vie à tous les jours lorsqu’ils critiquent leur dictateur préféré, trouvaient cela très drôle que les démocrates mettent tellement d’emphase sur le sujet sachant fort bien la compétence n’est pas souvent au rendez-vous en Russie. SVP, visionner les entrevues faites par PBS sur le sujet.

    La Russie est un pays de deuxième importance dans le monde sauf pour son armée et son arsenal nucléaire. Le nier, c’est de jouer à l’autruche. Poutine aimerait tellement faire partie de cette élite mondiale. Mais ce n’est pas en supportant des gouvernements d’extrême droite comme c’est le cas en Ukraine que nous allons remédier à la situation. L’ingérence américaine dans ce pays à forcé la main à Poutine et il a réagit en annexant la Crimée. Et c’est toujours dangereux d’accoler un dictateur armé d’ogives thermonucléaires dans un coin. Entretenir une communication amicale avec le peuple russe et son représentant est plus sain.