Une pièce qui divise

Nous apprenons donc qu’il y aura des témoignages d’autochtone d’ici, présentés en vidéo, dans le prochain spectacle de Robert Lepage et du Théâtre du Soleil, produit en France, nommé Kanata. On nous dit que l’on y narra l’histoire du Canada à travers les relations des Blancs colonisateurs et des Premières Nations.

Au-delà des nationalités des créateurs du spectacle, au-delà de bien trop de choses que l’on a dites autour de SLĀV, nous observons qu’il y aura sur scène des personnes vivantes, actrices et acteurs français, et des capsules, des vidéos, enfermant les autochtones dans des cadres. Comme des artefacts ? Comme des témoignages qui viendraient du passé ? Comme s’ils étaient morts dans un art vivant ? Disons-le poliment, nous nous questionnons sérieusement sur ce procédé théâtral qui divisera radicalement.

7 commentaires
  • Paul Gagnon - Inscrit 18 juillet 2018 09 h 38

    Et encore...

    ... vous n'avez pas vu le couteau de Brutus, assasinant Jules Caesar, très divisif, s'il en fut.

  • Pierre Robineault - Abonné 18 juillet 2018 10 h 35

    "... qui divisera radicalement."

    Ce sera grâce à vous, déjà!
    Tout ça parce que vous êtes le seul a avoir déjà vu ce "prochain" spectacle ou pour vous assurer de figurer au tout premier rang de ceux qui le dénigreront?

  • Cyril Dionne - Abonné 18 juillet 2018 12 h 36

    Nous les nègres blancs d'Amérique

    Bon. Arrêtons de choisir des sujets qui mettent en scène les autres ethnies, races et cultures dans les pièces de théâtre produitent par des créateurs québécois. N'engageons plus les autres ethnies, races et gens des autres cultures comme acteurs dans nos productions. Voilà, le problème est résolu.

    Nous les nègres blancs d'Amérique, ce ne sont pas les sujets dramatiques qui manquent à notre répertoire. Et n'oubliez pas le "speak white" qu'ils nous ont imposé.

  • Hélène Paulette - Abonnée 18 juillet 2018 13 h 30

    De quossé?

    Le théâtre, monsieur Laporte, c'est avant tout une troupe, on n'y fait pas de "casting". Une pièce de théatre ne se remanie pas au gré des producteurs, ne se coupe pas au montage et, en ce qui a trait à Kanata, est le résultat d'une longue réflexion et d'une recherche intensive. Si vous aviez fréquenté un tant soi peu l'oeuvre de Mnouchkine, vous vous seriez abstenu de ce trait aussi inutile que divisif!

    • Carmen Langlois - Abonnée 19 juillet 2018 20 h 14

      D'accord avec vous Hélène Paulette.

  • Jean-Charles Morin - Abonné 18 juillet 2018 19 h 08

    Un autre jugement "à l'emporte-pièce", c'est le cas de le dire!

    "...nous nous questionnons sérieusement sur ce procédé théâtral qui divisera radicalement."

    Pourquoi ce "nous". Vous êtes seul dans votre tour d'ivoire, il me semble. Votre "nous" n'inclut personne sauf vous-même.

    Encore un gérant d'estrade qui se permet de juger sans avoir vu. Pourquoi ne pas donner une chance aux créateurs en les laissant parler à travers leurs créations avant de les éreinter?