C’était le bon temps

Télé-Québec devrait faire revivre pour une fois sa célèbre émission Droit de parole, diffusée au siècle dernier, du temps de Radio-Québec.

À cette époque, on mettait face à face, autour d’un sujet brûlant d’actualité, les partisans et les opposants, qui débattaient en présence d’un modérateur. Quelques fois, les couteaux volaient bas, mais plein de vérités que l’on n’osait dire nulle part ailleurs sortaient. Des spécialistes y participaient entourés par une majorité représentant le peuple.

Aujourd’hui, quelle chaîne de télé nous présente ce type d’émission ? Les spécialistes débattent entre eux. Nous, on assiste, impuissants, aux discussions. J’aimerais assister à un vrai débat télévisé entre les « pro » et les anti-SLĀV.

5 commentaires
  • Pierre Samuel - Abonné 17 juillet 2018 05 h 27

    À l'ère du Zoo fest...

    M. Lapointe,

    J'appuie entièrement votre suggestion. En cette période d'extrême confusion politique autant que culturelle où chacun se braque sur ses positions repoussant tout dialogue, il est en effet impérieux pour la démocratie de retrouver un certain < droit de parole > permettant de dénouer tous ces nombreux culs-de-sac où l'on se retrouve plus ou moins malgré nous ...

    Les dirigeants ont le beau rôle plus que jamais auparavant sans véritable droit de réplique à leurs inepties. Lorsqu'un premier ministre entre autres, tel Philippe Couillard, préfère aller batifoler dans un < Zoo fest > avec une animatrice-humoriste inculte plutôt qu'affronter spécialistes et journalistes de profession où que des créateurs, tel Robert Lepage, se voient condamner sans appel sur la place publique, il y a effectivement quelque chose de < pourri > dans nos sociétés et pas seulement < au royaume du Danemark >, comme le dit le fameux proverbe plus d'actualité que jamais !

  • Robert Beaulieu - Abonné 17 juillet 2018 06 h 49

    Laissez les bons temps rouler!

    Merci de nous rappeler cette époque M. Lapointe. Vous soulevez un point qui va au coeur du problème par rapport au manque de démocratie dans nos sociétés. Fini les débats pertinents, intelligents et informés. Où est passé ''La tribune du Québec''? C'était beaucoup trop gênant pour la ''caste dirigeante'' de se faire entarter figurativement jour après jour par des gens plus compétant, mieux informés et plus intègres du grand public qui révélaient au grand jour les incohérences et les absurdités qui émanent de nos institutions politiques, du monde corporatif et de la plupart des médias. La participation du grand public aux grands comme aux petits débats nous permet d'apprécier et de s'instruire des propos constructifs des plus sages (reconnus officiellement comme expert ou non) et de reconnaître les intéressés. Nous devons ouvrir le jeux. Les ''démocraties'' régressent et de ce fait nous promettent de bien triste lendemain.

  • Nadia Alexan - Abonnée 17 juillet 2018 07 h 57

    On a besoin de débattre de sujets controversés.

    Je suis tout à fait d'accord avec vous, monsieur Lapointe. On dirait qu'on a peur de débattre ces jours si comme l'on faisait il y'a longtemps. Pourtant, la chaîne anglaise BBC offre toujours des débats sur des sujets controversés, tels que l'islam politique, le racisme et d'autres sujets tabous en Amérique du Nord. Oui. C’est le temps de s'engager dans des débats qui puissent nous éclairer et nous éloigner des idées reçues et de la rectitude politique.

  • Gilles Théberge - Abonné 17 juillet 2018 09 h 29

    Oui d’autant que radio Canada et en particulier l’émission phare 24/60 s’emploie à ne parler des sujets
    « qui fâchent «  que du bout des lèvres, avec parcimonie, en invitant presque toujours des « experts », tous du même bord ou presque, dans un format qui ne permet pas d’aller au fond des choses.

    Tout est fait à radio Canada pour sinon empêcher de débattre, mais plutôt de débattre le moins possible.
    Il faudrait aller vois les débats à BFM TV ou à France 24 ou d’autres pour voir ce qu’est un vrai débat. C’est maintenant possible grâce à Internet et ça le sera de plus en plus, grâce à YouTube.

    Depuis trop longtemps au Québec on se ferme le clapet, aidé en cela par une animation que je n’ose appeler complaisante, les animateurs doivent répondre à un cadre précis bien entendu. Mais si ce n’est pas à radio Canada ça pourrait de faire ailleurs.

    Dans la situation actuelle on voit un Robert Lepage qui se couche devant des gens aux motivation dont on ne sait pas trop d’ou elles sortent.

    C’est d’un pénible tout ça....

  • Claude Gélinas - Abonné 17 juillet 2018 18 h 10

    Droit de parole doit revenir en ondes et Radio-Canada doit cesse de nous présenter des émission insignifiantes !

    Malheureusement pour un grand nombre de Québécois discuter est devenu synomyme de polémique et de crépage de chignons. Pourtant discuter est un art et défendre son point de vue avec convictions fait partie des débats citoyens.

    Mais Non, l'on préfère des émissions gnans/gnans comme celles présentées par Radio Canada tous les soirs de la semaine avec des invitiés devenus des tisn'amis des animateurs à l'exemple de "Tout le Monde en Parle" et qui font leur promotion. Rien pour élever le débat !

    Quant au 24/60 cette émission a grand besoin d'être revampée avec pourquoi pas une nouvelle animatrice et de nouveaux invités. Je pense à la journaliste Marie-Êve Bédard actuellement lectrice de nouvelles qui devrait si elle le souhaite être rapatriée au pays et nous faire profiter de sa culture et de ses expériences.
    Quant à Anne-Marie Dussault pour services rendus elle pourrait se consacrer aux émissions spéciales.

    Si TV-5 peut remplacer avec succès David Poujadade et Julien de "Questions pour un champion" Radio-Canada pourrait également prendre un nouveau virage. Car autrement, les animateurs ne souhaitent pas sortir de leur zone de confort et invitent toujours les mêmes invités alors que d'autres universitaires et chercheurs qui mériteraient d'être découverts restent dans l'ombre.