Salut l’extrême

Je t’écris ce petit mot pour te dire que je commence à courber un peu.

Je ploie sous ton poids.

Tu es lourd, l’extrême.

Tu es en train de me rendre sourd, toi le révolutionnaire.

Tu hurles et tu vocifères. Tu pointes, tu accuses, tu juges sans jamais écouter.

Tu es tellement à tue-tête dans tes récriminations que je n’entends plus ton discours. Tu fais trop de bruit. Ton message ne passe plus.

Tu m’as mis les oreilles en chapeau de clown, l’extrême.

Tous les jours, tu me souffles dans les bronches avec ton haleine de Khmer rouge.

Toi, l’éternelle victime qui déchire sa chemise en saignant du coeur.

Toi qui te flagelles en exigeant des excuses publiques.

Toi l’intimidateur qui ne cesses de m’agonir de tes anathèmes moralisateurs en me traitant de suprémaciste tout en ne voyant pas ton propre désir de suprématie et ton intolérance crasse. Toi qui prends une société en otage avec ton terrorisme culturel.

Toi l’extrême.

Tu es surtout jeune et tribal, et moi, je suis solitaire et je vais bientôt être vieux.

Ça n’ira pas entre nous deux. Il y a maintenant une profonde fracture. On ne pourra pas grandir ensemble.

Adieu l’extrême. Je te laisse à ton délire hystérique de petit fasciste de salon.

Je te laisse à tes rêves d’inquisition et de camps de rééducation sociale.

Tu n’auras pas mon âme.

9 commentaires
  • Raynald Rouette - Abonné 9 juillet 2018 06 h 48

    Toi l’extrême


    Tu es fourbe!

    Tu n’auras pas ma sympathie, tu ne le mérites pas.

  • Marc Therrien - Abonné 9 juillet 2018 08 h 03

    "C’est sortir de l’humanité que de sortir du milieu"- Blaise Pascal


    Toi l’extrême, que je suis forcé de côtoyer quand tu manifestes ton existence en la revendiquant de même que ton contraire qui, ne voulant pas demeurer en reste, finit par te ressembler, tu me révèles à moi-même et me permets de renforcer mon identité et mes choix. Avec toi et ton contraire, semblables, à mes côtés, je continue mon cheminement sur la voie de sagesse du milieu tout en méditant Paul Valery : «le monde ne vaut que par les extrêmes et ne dure que par les moyens. Il ne vaut que par les ultras et ne dure que par les modérés.»

    Marc Therrien

  • Benoit Léger - Abonné 9 juillet 2018 08 h 32

    Où loge Québec Solidaire?

    Voilà un cheminement que risquent de prendre plusieurs progressistes ces jours-ci. QS devrait en prendre bonne note et sortir de son extrême torpeur.

    • Christian Montmarquette - Abonné 10 juillet 2018 08 h 18

      Pas facile de vous répondre quand on se fait couper son commentaire.

    • Christian Montmarquette - Abonné 10 juillet 2018 08 h 42

      Je retente le coup :

      Salut l’extrême" - Fred Dompierre, Le Devoir

      À Benoit Léger,

      "Où loge Québec Solidaire?" - Benoit Léger

      Québec solidaire loge :

      Au revenu minimum garanti et à l'éradication de la pauvreté.

      Au salaire minimum à 15$ de l'heure

      Au système de pension étatique pour tous.

      À la création de Pharma-Québec.

      À la juste imposition des entreprises.

      À l'augmentation des redevances minières et des ressources naturelles.

      Au retour de la taxe sur les banques et les institutions financières.

      Au refinancement adéquat des CLSC 24h sur 24, 7 jours sur 7.

      À une assurance dentaire pour tout le monde.

      À l'instauration d'une banque nationale du Québec.

      À l'ajout de nouveaux paliers d'impositions.

      À une véritable égalité homme-femme.

      À une véritable laÏcité de l'État.

      À une société juste, écologique, égalitaire et inclusive.

      À l'installation d'une Assemblée constituante où tous les citoyens.nes seront consultés.es

      À la création d'une Constitution du Québec

      Et à une véritable indépendance du Québec.

      Christian Montmarquette

    • Nicole-Patricia Roy - Abonnée 10 juillet 2018 14 h 35

      A Christian Montmarquette, je résumerais en une phrase toute votre description du programme de Québec solidaire.
      Ce parti loge à l'enseigne de voeux pieux, tout ce qui est énuméré relève de l'utopiste, de l'illusionnisme. Je mentionne quelques éléments ci-dessous pour illustrer l'irréalisme des propositions de QS. Évidemment, si on voulait réaliser tout ça, il faudrait augmenter les impôts et taxes des contribuables du double de ce qu'ils sont aujourd'hui, mais vous n'en parlez pas évidemment.

      Au revenu minimum garanti et à l'éradication de la pauvreté.
      Au salaire minimum à 15$ de l'heure
      Au système de pension étatique pour tous.
      À la création de Pharma-Québec.
      À une assurance dentaire pour tout le monde.
      À l'instauration d'une banque nationale du Québec.

  • Johanne Archambault - Abonnée 9 juillet 2018 11 h 13

    Pour la rédaction

    N'ayant pas trouvé où vous écrire, je mets mon commentaire à la suite de ce texte admirable, ainsi que d'une autre lettre dont l'auteur reproche au journal de sombrer de plus en plus dans la "bien-pensance". Comme d'autres vieux lecteurs du Devoir, sans doute, je souhaite préserver la presse écrite, évoluer avec l'époque, soutenir le Devoir en somme. Mais certains jours l'usure menace. Nous n'avons pas besoin de néo-curés (inconscients, au fait, de faire eux-mêmes ce qu'ils reprochent aux soutanes). Ni d'articles d'"information" où l'opinion colore un peu trop l'information.

  • Pierre Michaud - Abonné 10 juillet 2018 03 h 56

    Revendiquer une justice sociale c’est être extrême?

    Wow avec vos amalgames des plus tordus sur QS ca veut juste nous montrer que le débat ne montre jamais bien haut chez vous quand vous nous citer les kmers rouges ...!