«SLĀV»: je suis indigné

Permettez-moi de vous dire mon indignation face à l’annulation du spectacle SLĀV. Ainsi, le FIJM s’excuse auprès de ceux et celles qui auraient été « blessés » par ce spectacle (qu’ils n’ont pas vu et que je ne pourrai pas voir non plus), mais ne s’excuse pas auprès de ceux et celles qui ont acheté des billets et ont fait confiance au TNM et au FIJM. La lâcheté de cette démarche est pitoyable. La supposée « appropriation culturelle » est la digne fille du « communautarisme » qui élève des barrières pour enfermer l’humanisme, l’ouverture sur le monde et la liberté d’expression. Comment être à la fois pour « l’inclusion », le « vivre-ensemble » et l’interdiction d’un spectacle ? L’appropriation, c’est aussi le métissage, le mélange des cultures et le droit à la critique. Non, je ne vous salue pas.

3 commentaires
  • Serge Pelletier - Abonné 6 juillet 2018 03 h 10

    Bravo, bravo, bravo.

    Bravo, bien dit.

  • Hélène Paulette - Abonnée 6 juillet 2018 10 h 59

    Lâcheté est le bon mot...

    On a manqué une occasion de se démarquer de la rhétorique américaine de censurer pour régler un problème. On le voit bien dans la résurgence du racisme à l'ère Trump, ce n'est pas en éliminant le mot "nègre" qu'on élimine le problème racial.

  • Gilles Bousquet - Abonné 7 juillet 2018 09 h 16

    À faire pâlir le liberté

    Indignation de la majorité qui se fait mener par les minorités, par le bout du...nez.