Accurso n’est pas à court d’argent

Nous apprenons que l’ex-entrepreneur Tony Accurso a demandé à la cour d’invalider la loi provinciale qui a été votée pour récupérer l’argent de la collusion. L’argent ne lui manque pas pour se défendre dans ses innombrables causes, mais je constate qu’il en a aussi pour contre-attaquer. Sa carrière dans la construction aura été très payante, et on peut affirmer sans se tromper que jusqu’à aujourd’hui, sa retraite est bien occupée.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

3 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 23 juin 2018 08 h 13

    Quel intérêt?

    Je cherche l'intérêt de publier cette lettre. Je ne le vois toujours pas.

    M.L.

    • Sylvio Le Blanc - Abonné 23 juin 2018 13 h 48

      Cherchez bien, M. Michel Lebel, et vous trouverez.

  • Patrick Daganaud - Abonné 23 juin 2018 18 h 10

    En réponse à Monsieur Lebel...

    L'intérêt sur le capital, ha, ha!