Des piétons à risque à Québec

Travaillant dans le Vieux-Québec depuis une quinzaine d’années et habitant le quartier Montcalm, je suis toujours étonné du comportement des automobilistes à Québec envers les piétons. Si vous arrivez au coin d’une rue en même temps qu’une voiture qui doit faire un arrêt et que vous désirez traverser, faites attention, car l’automobiliste va se dépêcher pour passer avant vous en effectuant plus ou moins son arrêt. Au coin de l’avenue Cartier et du boulevard René-Lévesque, observez le comportement des automobilistes. Un feu jaune apparaît, ça signifie accélérer pour passer quand même à la dernière seconde. Ceci entraîne le fait de brûler un feu rouge, et même de rouler lors de l’indication du passage des piétons.

Être piéton à Québec, c’est carrément dangereux.

Allez aux États-Unis, même dans le secteur le plus touristique et achalandé d’une ville comme Boston : vous voulez traverser à un coin de rue, vous vous approchez à peine de la rue que l’automobiliste ralentit et s’arrête. Pour un Québécois, c’est étonnant et déconcertant. […]

3 commentaires
  • Bernard Terreault - Abonné 20 juin 2018 08 h 25

    Comme quoi

    les maudits Yankees n'ont pas toujours tout croche, malgré leur président actuel. Cette lettre s'accorde avec mes souvenirs de mon séjour de huit ans dans le Midwest. Par contre les Yankees ne rient pas avec le 'jaywalking': traverser la rue hors des intersections peut vous coûter une amende salée! Les cyclistes y sont aussi plus sages. Mes trois ans en France me rappellent aussi que la circulation est plus balisée en Europe. Je ne connais pas assez le ROC pour me prononcer, mais pas de doute qu'ici, au Québec, on est au Pays de la Liberté !

    • Serge Lamarche - Abonné 20 juin 2018 14 h 12

      En Colombie-Britannique, les autos arrêtent pour les piétons. On peut virer à droite sur les feux rouges par contre. Ça peut être dangereux pour les piétons dans les grandes villes comme le démontre les stats de piétons et cyclistes tués annuellement.

  • Jules Desrosiers - Abonné 20 juin 2018 08 h 42

    Liberté !

    Cher M. Leclerc, à Montréal, c’est pas plus drôle. C’est la nouvelle mode: piétons, cyclistes, automobilistes et chauffeurs d’autobus STM accélèrent au feu jaune ou passent carrément sur le feu rouge à son début. Ça fait partie je pense de la liberté d’expression. À 17 heures, l’été, conduire dans l’est d’Outremont ou dans le Mile end est une expérience bizarre et affolante. Toutes les fantaisies sont permises, on dirait un concours « je bois mon lait comme ça me plait! »
    J’ai vu des annonces à la télé avertissant les piétons et les automobilistes que c’est à eux de se méfier des camions qui sont souvent conduits à l’aveuglette (« Les angles morts, voyez y ») ou encore informant les piétons que, s’ils se font frapper par un camion, c’est ce dernier qui sera indemne; on suggère qu’il faut donc laisser la priorité au camion. Quelle bêtise! Ces pub sont payées par les pouvoirs publics, et non par le puissant lobby des camionneurs, peut-on le croire! On fait la promotion de la loi du plus fort et du plus fou!
    Je songe à louer des panneaux publicitaires qui diraient, à l’entrée de Montréal:

    PIÉTONS, CYCLISTES, AUTOMOBILISTES, SOYEZ CRÉATIFS! TOUTES LES IMPRUDENCES SONT ENCOURAGÉES!
    ICI, PAR EXEMPLE ON PASSE SUR LE FEU ROUGE. LE STATIONNEMENT EN DOUBLE EST PERMIS, DE MÊME QUE LE DEMI TOUR (U TURN).
    Je vais demander à la SAAQ et à la police de m’aider financièrement et commanditer mon projet. Je vous invite, M. Leclerc, à vous joindre à moi, pour installer des panneaux similaires à l’entrée de Québec.

    (Je dois dire, et je le dis avec fierté, que, à Outremont, sauf sur la rue Van Horne, les piétons ont bien souvent - pas toujours!- priorité aux intersections. Je considère ça sécuritaire et civilisé.)