Trous de mémoire

« Je me souviens » a beau être la devise du Québec, les Québécois n’ont semble-t-il pas de mémoire. C’est toujours comme ça. Après les années de misère avec le PLQ de Jean Charest au pouvoir (2003-2012), où les systèmes de collusion et de corruption ont régné de façon généralisée, avec la crise étudiante pour couronner le tout, on élisait Pauline Marois pour un bref mandat de deux courtes années (2012-2014), pour relancer le PLQ de Philippe Couillard avec son beau programme politique basé sur l’austérité et l’acharnement contre les plus démunis de la société. On estime toujours entre 700 000 et 1,1 million le nombre de personnes à faible revenu au Québec, qui peinent à joindre les deux bouts. Que notre système de santé est dans le plus lamentable état (où êtes-vous, M. Barrette ?) et que, sur le plan du droit à l’éducation, il y a toujours 51 % de Québécois qui souffrent d’un sérieux problème d’analphabétisme. Mais, pour revenir à la question de l’absence de mémoire des Québécois, on semble oublier qu’avant la fondation de la CAQ, en 2011, François Legault, pour le PQ, avait été un médiocre ministre de l’Éducation (2001-2002) et un encore plus mauvais ministre de la Santé et des Services sociaux (2002-2003). Alors, sommes-nous réellement prêts à le porter au pouvoir comme premier ministre du Québec à l’automne prochain ? Vivement, réparons nos trous de mémoire avant les prochaines élections…

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

1 commentaire
  • Michel Lebel - Abonné 17 juin 2018 12 h 35

    Pas de miracles!

    Le règne de la politique n'est pas celui de la perfection. C'est celui, si possible, de l'amélioration des choses. Il ne faut pas y attendre des miracles. Enfin selon moi, Legault n'a pas la stature d'un premier ministre.

    M.L.