Étalement de la bêtise

Selon la CAQ, les problèmes de mobilité ne sont pas qu’à Montréal, mais aussi dans les couronnes de Montréal. Voilà concrètement l’effet néfaste causé par l’étalement urbain. Résultat : un trafic dense disséminé sur un immense territoire saturé de véhicules de toutes sortes, même électriques… Pas besoin d’être un urbaniste patenté pour comprendre que rien ne va plus. Mais changer nos habitudes, surtout les mauvaises, demeure un défi de taille malgré l’évidence. Mais là ou ça dépasse l’entendement, c’est quand les troupes de François Legault implorent l’importance de prioriser des mesures qui auront la plus grande portée possible. Parmi ces mesures, le refus du projet de ligne rose du métro de Montréal. Avec une telle attitude, les problèmes de congestion ne feront qu’augmenter, ainsi que l’inconfort urbain. Voilà une vue d’ensemble prônée par la CAQ. On s’en fout de Montréal. Ce sont les couronnes que ces roitelets convoitent. Bel exemple de ce qu’on nomme en anglais la wedge politic, traduit par « diviser pour mieux régner ». Citadins et banlieusard dos à dos. Triste constat à la veille de l’échauffourée vers le pouvoir.

3 commentaires
  • Bernard Terreault - Abonné 1 juin 2018 08 h 40

    Électoralisme honteux

    J'ai beau demeurer en banlieue (proche), je reconnais que c'est dans le Montréal qui va du fleuve à la 40 et de NDG à Hochelaga et Montréal-Nord que les besoins de transport public sont les plus criants, pour deux raisons évidentes, la concentration tout à fait normale d'emplois au centre-ville et l'aussi évidente réalité que ce sont surtout les résidents des quartiers modestes (ou même pauvres) qui utilisent les transports publics! La Ligne Rose improvisée par Me. Plante n'est peut-être pas LA solution, mais il faut faire qqchose pour soulager les lignes orange et verte dans leurs parties centrales. Si je voulais faire un plaidoyer pour ma Rive-Sud, ce serait pour une modeste extension de la ligne jaune vers les quartiers populares de Longueuil. Le REM, lui, a été conçu non en fonction des besoins mais en fonction de la possibilité de rendement pour la Caisse, pour servir la classe moyenne aisée de l'Ouest, et pour faciliter l'étalement urbain au-delà de la 30 et de Laval.

  • Jean-François Trottier - Abonné 1 juin 2018 08 h 56

    Je n'ai pas vu encore la moindre étude qui puisse démontrer l'urgence de la ligne rose.

    Le prolongement de la ligne bleue, lui, est un urgence absolue, parce qu'il sera suivi de lignes d'autobus qui s'y accrocheront tout au long tant vers l'est que vers l'ouest. Il serait temps aussi de revenir à des services d'autobus express...pour le moment.
    Ça, c'est évident. Un minimum vital.

    Étendre la ligne jaune aussi est vital, et pas pour aider l'étalement urbain mais simplement pour désengorger les ponts.

    Une fois les services de transport publics bien rodés et arrimés on pourra penser à instaurer un péage pour entrer dans la ville (je suis banlieusard, je ne prêche sûrement pas pour ma paroisse!) et ainsi rendre à Montréal ce qu'elle a perdu depuis longtemps... des revenus comparables aux services!

    Mais la vraie solution est sans aucun doute que Montréal soit étendue aux couronnes, depuis le Mont St-Btruno jusqu'aux Mille-Îles sur une axe, et sur toute l'île pour l'autre axe.
    Le simple fait de poser en adversaires Montréal et sa banlieue, comme le fait l'auteur, dit bien la stupidité de la situation actuelle.
    Ai-je besoin de dire qui a présidé aux défusions ? Oui, c'est ça, la cruche, là.
    Et c'est pas la CAQ qui va agir. Oh que non!

    Il est entendu que Montréal, sur toute sa surface, devra en arriver à un service de Métro comparable à celui de New-York... mais c'est pas pour demain.

    Qant à la ligne rose, elle est fort probablement sensée. Mais est-ce une priorité ?

  • Jean Lapointe - Abonné 1 juin 2018 09 h 00

    La CAQ risque aussi de privatiser la SAQ et Hydro-Québec.

    «Bel exemple de ce qu’on nomme en anglais la wedge politic, traduit par « diviser pour mieux régner ». (Gaetan Fontaine)

    Pour la CAQ tous les moyens sont bons quand c'est le pouvoir pour le pouvoir que l'on veut. il n'y a rien d'autre qui compte.

    Les gens qui se proposent de voter pour la CAQ devraient peut-être y penser par deux fois avant de le faire. IL faut qu'ils sachent qu'étant donné qu'ils sont favorables à confier au privé tout ce qui, à leurs yeux, pour des raisons idéologiques, ne relève pas de l'Etat, il n'est pas impossible qu' ils mettent fin au monopole de la SAQ et au monopole d'Hydro-Québec,

    S'ils ne le font pas ce ne sera pas parce qu'ils ne le souhaiteraient pas mais à cause des pressions de la population.

    Il y a même un de leurs candidats, un économiste, qui n'est pas sûr
    qu'il existe un «bien commun».

    Ce qui veut dire qu'il n'y aurait probablement que les intérêts individuels à prendre en considération pour un gouvernement de la CAQ.

    Ce serait encore pire qu'avec les Libéraux parce qu' avec eux tout ce que les Québécois ont contruit depuis les années soixante comme par exemple les CPE, risquerait de disparaître.

    François Legault prétend vouloir défendre et protéger la langue française et la culture québécoise mais il ne prendrait pas les moyens nécessaire pour que cela se fasse parce qu' il n'y a un Etat fort qui puisse y voir. En confiant tout ou presque au privé, il ne pourrait pas y pervenir. Ce sont donc de fausses promesses qui ne sont destinées qu'à se faire élire.

    Ne serait-il donc pas très risqué que d'élire la CAQ pour diriger le Québec? Trop risqué même?