Jugement douteux

Comme beaucoup, je croyais Alexandre Taillefer plus intelligent que la moyenne, mais à l’entendre affirmer sans rire que le PLQ est un parti progressiste, je doute de cette intelligence. Mais lui me le rend bien : il ne doit pas me penser très intelligent pour tenter de me faire croire que Philippe Couillard, qui a tant sabré les services d’aide aux plus vulnérables, est pétri de justice sociale. Il faut dire qu’il y a longtemps que l’expression « valeurs libérales » me fait sourire. Les militants libéraux me semblent avoir davantage d’intérêts que de valeurs.

3 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 22 mai 2018 09 h 12

    Vive le 1er octobre!


    Une spécialité des commentateurs dans Le Devoir: taper sur tout ce qui vient des libéraux,Taillefer inclus. Trop c'est trop, ce qui fait que les critiques ne portent plus. Voilà bien une des conséquences des élections à date fixe: la joute politique commence si tôt et ne finit plus! Au plus saprant, le 1er octobre!

    M.L.

    • Jean-François Trottier - Abonné 22 mai 2018 09 h 52

      Un parti dont le principal appui, i.e. plus de 50%, vient du vote quasi soviétique des anglophones, ne peut que porter flanc aux critiques.
      Son utilisation consciente à une forme d'apartheid déguisé mais factuel aurait dû lui coûter le pouvoir depuis très longtemps.

      C'est le choix du PLQ de se poser en défenseur de cette fausse minorité aux moyens bien supérieurs à la vrai minorité : médias auxquels font échos tous ceux du ROC, capitalisation, éducation et j'en passe.
      Dans un autre ordre d'idée, c'est aussi le choix du PLQ de favoriser les riches soi-disant parce que ceux-ci finiront par aider les plus défavorisés (la théorie des "bassins étagés" a mille fois fait la preuve de son inanité).
      C'est le choix de Couillard de mentir systématiquement sur ses volontés réelles, et de mentir de façon éhontée sur l'État des finances du Québec.

      Si l'on se plaint de ce parti, c'est parce qu'il forme l'un des pires gouvernement qu'il y ait jamais eu au Québec. En ceci il rejoint celui de Taschereau dans les années '30, et dépasse de loin ceux de Duplessis.

      Après 15 ans de règne Libéral, les gens ne peuvent être taxés de préjugés. À ce point on parle d'expérience et de vécu.

      Pour ma part, je parle d'incompétents notoires.

    • Pierre Robineault - Abonné 22 mai 2018 11 h 52

      En effet, monsieur Lebel. Ainsi en est-il aussi sur tous ceux qui n'ont de cesse de taper sur tous ceux qui en a ras-le-bol des libéraux, n'est-ce pas?