La vérité du politique: le mensonge

On doit saluer le nouveau politicien Vincent Marissal de nous rappeler (sans le vouloir) que la vérité de la politique, c’est le mensonge. En effet, le premier geste qui a suivi sa mutation de journaliste à politicien a été de mentir… Parions que la seconde étape de son parcours sera de produire des sophismes, comme l’a encore fait son collègue Gabriel-Nadeau Dubois qui, prenant sa défense, affirmait que « c’est normal de se poser des questions » et que ce qui compte, « c’est la décision qu’on prend ». L’honnêteté intellectuelle exige plutôt que, quand on se fait poser des questions, on fournisse de vraies réponses ! Prendre des décisions n’est pas répondre à des questions…

7 commentaires
  • Gaston Bourdages - Abonné 16 avril 2018 05 h 07

    Titre superbement choisi...

    ...six seuls mots pour décrire un des niveaux de foi portée à l'égard du politique...Misère comme l'écrirait un abonné du Le Devoir..
    Mentir, mensonge, « fake news », galéjades tous synonymes de trahison. Trahision d'abord faite à la vérité elle-même qui mérite certes un meilleur sort sinon c'est indécence.
    Mentir, tricher, plagier...du pareil au même. De l'ordre du comportement très « pôvre » Force est de constater que moult aspects de notre « politique » fait effectivement « pôvre » par les temps qui courent.
    Faire appel au mensonge pour pallier à tout vide d'idée de fond comme celle d'un vrai projet de société sied bien à celle ou celui ayant recours à la galéjade.
    Sans prétention,
    Gaston Bourdages,
    Saint-mathieu-de-Rioux, Qc.

  • Solange Bolduc - Abonnée 16 avril 2018 06 h 07

    En effet, M. Gingras!

    La réponse de GND au mensonge de Marissage est assez désarmante ! Merci de le noter, M. Gingras!

    Et je vous écoute tous les dimanches à l'émission : «Les Années Lumières» avec l'animatrice aussi charmante qu'intelligente. Cette voix chaleureuse à la radio qui fait plaisir à entendre.

    Une émission très enrichissante et vos éclaicissements sur le science en général activent nos «lumières» ou neurones, M. Gingras!

  • Gilles Bonin - Abonné 16 avril 2018 07 h 53

    Et voilà!

    mais généraliser en disant que la vérité du politique c'est le mensonge est aussi un peu gros. Ne confondons pas nuances et mensonges - quoique diront certains et surtout, surtout ne pas limiter cela au politique... trop facile. Que chacun dans sa sphère se regarde le bout du nez...

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 16 avril 2018 09 h 35

    Petite lettre très pertinente

    Bravo !

  • Jean-Yves Arès - Abonné 16 avril 2018 11 h 54

    Et pourquoi cet état de mensonge par défaut ?

    Il doit bien y avoir aussi un constat a faire sur les attentes du public, sur ce qu'il est prêt a entendre.

    Le public demande t'il vraiment de l'honnêteté intellectuelle?

    Est-il vraiment honnête lui-même quand on voit le grand écart entre le discours ambiant de bonnes intentions sur l'environnement et les choix par chacun dans le réel ?

    • Marc Therrien - Abonné 16 avril 2018 21 h 55

      Depuis Socrate, Jésus Christ et plus récemment, Martin Luther King, entre autres, on sait que le goût pour la vérité en vue d'une meilleure justice peut être risqué pour l'éveilleur des consciences dont leur sortie du sommeil peut virer en cauchemar.

      Marc Therrien