Laïcité interdite ou tronquée?

Ces derniers temps, on s’émeut avec raison sur la question de la laïcité et du port de symboles religieux ostentatoires par des personnes exerçant une fonction d’autorité au sein de l’État, dans l’un ou l’autre des corps policiers du Québec ou ailleurs, par exemple au tribunal ou dans tout établissement scolaire. Je partage le point de vue de M. Dutrisac, éditorialiste au Devoir, de même que celui de M. Côté (et cosignataires), fort bien exprimés dans l’édition de fin de semaine du Devoir.

Toutefois, on peut bien mentionner à juste titre les recommandations du rapport Bouchard-Taylor, déjà à moitié renié par l’un d’eux, et ce qui apparaît comme un « consensus populaire minimal du vivre-ensemble ». Comme le fait M. Côté, on peut à bon droit invoquer « les principes fondamentaux de la laïcité d’inspiration franco-européenne » (principe de la séparation entre la religion et l’État pour le droit collectif québécois) par opposition avec le « sécularisme anglo-saxon » ou une absence de régulation du religieux en faveur du droit individuel au sein de l’État.

On ne fait cependant qu’effleurer le cas pourtant capital de la GRC, où des agents ont par exemple été autorisés à porter le turban en lieu et place de la coiffure traditionnelle. Sauf erreur, oublie-t-on que ce droit leur fut accordé par la Cour suprême en invoquant la sacro-sainte Charte canadienne des droits et libertés qui, elle, a préséance sur celle du Québec dans notre État de droit ? Certes, il n’est pas du ressort du SPVM d’en donner plus que le client en demande. Attendons simplement qu’un policier ou autre personnage du monde juridique plus déterminé décide « d’exercer ses droits » en effectuant la même démarche de militance religieuse et le résultat sera le même, n’en doutons pas. Que M. Côté (ou n’importe qui d’autre) le veuille ou non, cela sera « transposé » de force au Québec, société distincte ou pas. Ce cas de jurisprudence ne manquera pas d’être invoqué et appliqué, tôt ou tard, le moment venu. C’est ainsi que notre loi 101 fut édulcorée et même charcutée par cette même institution « suprême » relevant du fédéral. Restera la clause échappatoire « nonobstant », que l’on ne peut imaginer être mise en avant par notre gouvernement libéral actuel.

C’est ainsi que, « dans l’histoire moderne d’après la « Conquête », les deux philosophies d’inspiration opposée, encore une fois fort bien décrites par M. Côté, cherchent à cohabiter avec plus ou moins de heurts et de bonheur. Chacune d’elles dispose de ses atouts, mais l’une l’emporte juridiquement toujours sur l’autre, quoi qu’on en dise ou qu’on fasse et tant qu’on appartiendra toujours à ce pays dont on n’a toujours pas signé la Constitution.

Et s’il s’agissait là de l’une de ces fameuses « conditions gagnantes » souvent invoquées pour remettre un référendum sur la souveraineté à l’ordre du jour ? Ne resterait plus qu’à inclure avec succès tout l’aspect compliqué des Premières Nations faisant maintenant partie de l’équation.

Le clivage entre le Québec et le Canada anglais existe au sein même du Québec pour les raisons historiques que l’on ne connaît que trop, et c’est là toute la difficulté, voire l’impossibilité, ponctuelle du vivre-ensemble québécois.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

12 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 11 avril 2018 03 h 01

    On pourrait toujours invoquer la clause dérogatoire.

  • Richard Maltais Desjardins - Abonné 11 avril 2018 06 h 08

    L'utilisation de la clause de dérogation

    Comme bien d'autres, l'auteur suggère qu'on pourrait utiliser l'article 33 pour déjouer l'économie de la charte alors qu'elle y a été mise précisément pour préserver la primauté des parlements sur « les juges » sur toute une série de questions. L'introduction de cet article est une des causes de l'effritement du consensus des provinces, en '82. Le plus intéressant, c'est que consenti par les « traitres » de l'ouest... ce sont les gouvernements du Québec qui s'en sont prévalu le plus régulièrement.

    Le Québec pourrait tout à fait s'en prévaloir s'il se trouvait qu'un consensus politique large lui commandait de passer outre aux dispositions de la charte canadienne. Mais, justement, il faut croire qu'un tel consensus n'existe pas, malgré ce que suggère monsieur Dutrisac et malgré surtout ce que désirent les partisans d'une laïcité stricte.

  • Raynald Rouette - Abonné 11 avril 2018 07 h 14

    Vous avez parfaitement raison


    En 1982 le Québec a été emprisonné politiquement avec une camisole de force juridique par surcroît.

    Comment faire pour sortir du colonialisme canadien? Parce que c’est bien de cela qu’il s’agit!

    Et si les Canadiens Français et autres Québécois de cœur pouvaient encore faire montre de solidarité comme en 1980 et 1995 et se libérer de la camisole de force qui leur a été imposée...

  • Claude Bariteau - Abonné 11 avril 2018 07 h 17

    Excellente contribution

    Je partage vos vues.

    Voir mon commentaire au texte de Mme Pelletier.

  • Jean-Pierre Leblanc - Abonné 11 avril 2018 08 h 10

    ??? Le cas de la GRC n'a pas passé par la cour suprème.

    • Gilles Théberge - Abonné 11 avril 2018 12 h 13

      C’est exact, la cour suprême n’a jamais été saisie de cette affaire à ma connaissance.