Lettre au président et chef de la direction du Mouvement Desjardins

Monsieur Guy Cormier,

J’apporte mon soutien aux propos de M. Luc Desjardins publiés dans l’édition du samedi 24 mars 2018 du quotidien Le Devoir. Membre de différentes caisses Desjardins depuis un demi-siècle, ayant siégé au conseil d’administration de l’une de ces caisses, toujours présent aux assemblées générales annuelles, je fais mien ce principe statuant que la personne doit primer le capital au sein d’une coopérative financière.

Le Mouvement Desjardins doit trouver en son sein une manière de maintenir sa présence dans toutes les régions du Québec. Il peut le faire en s’alliant aux municipalités ainsi qu’aux nombreuses autres coopératives existantes ou qui se créent afin de maintenir des services de proximité.

Ainsi, la Fédération des caisses Desjardins pourrait nouer un partenariat avec la Coopérative de développement régional du Québec, dont les bureaux régionaux desservent tous les coins du Québec, pour mettre en commun les efforts permettant de créer des coopératives de solidarité offrant à des communautés plus isolées tant les services d’un dépanneur, d’une station-service, d’un comptoir postal que les services d’une caisse (et je ne parle pas seulement d’un guichet automatique).

Le Mouvement Desjardins pourrait même innover en formant les employés de ces coopératives de solidarité pour prendre en charge certaines fonctions financières qui pourraient ainsi leur être déléguées. Desjardins pourrait même s’impliquer plus activement dans la gouvernance en nommant aux conseils d’administration de ces coopératives de solidarité, dans des postes qui leur seraient réservés, des représentants du Mouvement Desjardins, plus à même ainsi de prendre le pouls des attentes et des besoins des communautés desservies. Il y a moyen de trouver des solutions imaginatives si, pour les héritiers de l’oeuvre d’Alphonse Desjardins, la personne passe avant le capital. Ce serait alors une manière plus coopérative de ristourner aux membres les surplus engrangés.

Coopérativement,


Participez au débat!

Pour ne rien manquer de nos textes d’opinion, dont plusieurs sont en exclusivité sur le Web, et aller plus loin dans le débat, suivez notre page Facebook Opinion.

5 commentaires
  • Bernard Terreault - Abonné 26 mars 2018 09 h 24

    Façon de tuer Desjardins

    Si Desjardins avait un monopole, les Caisses pourraient se permettre de faire de tels cadeaux. Mais elles sont en concurrence avec les banques commerciales et les banques électroniques. Si les Caisses deviennent non compétitives, elles vont être délaissées par les "urbains" et fair faillite.

    • Pierre-Alain Cotnoir - Abonné 26 mars 2018 11 h 55

      Avec 2.5 millards $ de surplus, il n'y a pas à craindre que le Mouvement Desjardins ne pourrait pas s'allier avec d'autres acteurs coopératifs, pensons même à la Coop fédérée, pour desservir toutes les petites communautés du territoire. Il s'agit ici de faire des affaires autrement, selon un mode propre à l'économie sociale, en misant sur le 6e principe coopératif inscrit au cœur même du mouvement coopératif, soit l'intercoopération. Ce ne serait pas de la charité, mais bien de l'entraide, permettant la mise sur pied de points de service essentiels pour tous: c'est-à-dire des entreprises offrant des biens et des services à leur communauté. Il y a un peu plus d'une dizaine d'années, en fusionnant le premier fournisseur internet de Montréal, CAM Internet, avec CoopTel, cette opération a accru le nombre de membre de cette coopérative de plus de 55%, générant ainsi des revenus supplémentaires d'environ 1M$½ qui ont servi en bonne partie à étendre en région l'offre de haute vitesse dans des communautés disséminées sur le territoire historique de CoopTel dans la MRC du Val-Saint-François en Estrie. Il y a moyen de déployer de tels services en étant hautement compétitif, plus encore en démontrant un réel enracinement dont la notoriété vaudra bien toutes les campagnes de publicité et toutes les stratégies de marketing... faisant ainsi paraître les banques comme autant de parasites financiers.

  • André Cotte - Abonné 26 mars 2018 09 h 32

    La Caisse d'économie solidaire Desjardins... un exemple à suivre.

    Je suis membre depuis 4 ans de la Caisse d'économie solidaire Desjardins. J'y suis allé pour y retrouver les racines du mouvement coopératif d'Alphonse Desjardins. Venez nous y rejoindre, il y a de la place pour tous. Ou mieux essayez d'insuffler l'esprit coopératif dans votre caisse locale. http://www.caissesolidaire.coop/

  • Denis Paquette - Abonné 27 mars 2018 01 h 07

    une caisse au service de tout le monde, pourquoi pas et arreter d'envier les banques avec leur tralala

    je suis tout a fait d'accord avec monsieur Cormier, au lieu de rêver a une institution économique unique a la grandeur de la planète , pourquoi ne pas revenir a une coop capable de servir le plus de gens possibles et de toutes les régions, en fait n'est- ce pas l'origine des caisses , il fut un temps ou elle était présente dans chaque petite paroisse,n'ai-je pas eu mon premier compte de caisse a mon college, la caisse de ma paroisse ne fut-elle pas tenu par le sacristain, sommes nous devenus tellement bourgeois que nous n'en sommes plus capables Alphonse se serait-il trompé a ce point

  • Denis Paquette - Abonné 27 mars 2018 01 h 07

    une caisse au service de tout le monde, pourquoi pas et arreter d'envier les banques avec leur tralala

    je suis tout a fait d'accord avec monsieur Cormier, au lieu de rêver a une institution économique unique a la grandeur de la planète , pourquoi ne pas revenir a une coop capable de servir le plus de gens possibles et de toutes les régions, en fait n'est- ce pas l'origine des caisses , il fut un temps ou elle était présente dans chaque petite paroisse,n'ai-je pas eu mon premier compte de caisse a mon college, la caisse de ma paroisse ne fut-elle pas tenu par le sacristain, sommes nous devenus tellement bourgeois que nous n'en sommes plus capables Alphonse se serait-il trompé a ce point