La montagne pour tous et en toute sécurité

J’observe, ébahi, le débat sur le projet (pilote) de bloquer la circulation automobile de transit sur le mont Royal dès juin. Pour louable que soit l’objectif de rendre encore plus vert notre joyau montréalais, ceci sera source de moult inconvénients pour tout le monde fréquentant ce lieu unique pour s’y revigorer, se remplir les poumons, le découvrir, le montrer ou y passer un bon moment, y compris cyclistes et piétons. On peut d’ores et déjà prévoir en effet un encombrement de la circulation dans les rues entourant la montagne, comme l’avenue des Pins et Côte-Sainte-Catherine, mais aussi sur la voie Camillien-Houde même, en raison des deux culs-de-sac se faisant face au sommet. Plus de voitures passeront au même endroit, et plus souvent. L’air sur et autour de la montagne n’en sera aussi que plus pollué.

Clément Ouimet n’a pas été heurté par un véhicule faisant le transit par la montagne. La circulation plus dense sur le versant oriental rendra encore plus tentant de faire un virage à gauche illégal à la hauteur du belvédère est pour simplement faire demi-tour, faute d’une autre solution. Il conviendrait en fait d’aménager au plus vite une manière d’accéder à ce belvédère et de le quitter en toute sécurité, tant en montant qu’en descendant. Et ce, en installant un arrêt obligatoire et un virage protégé à gauche aux deux extrémités dudit belvédère. Cela aiderait aussi à réduire la vitesse.

Toute autre solution ne comprenant pas ceci n’améliorera pas la sécurité des piétons et cyclistes sur la voie Camillien-Houde. Les automobilistes inconscients et imprudents ne manquent pas, hélas, et il y en aura encore davantage à cet endroit avec la fin du transit automobile, et plus de victimes innocentes.

Je suggère que le projet-pilote et ce qui suivra se limitent à installer une guérite quelque part entre la maison Smith et le lac des Castors empêchant le transit seulement aux heures de pointe, les mêmes par exemple que pour les couloirs de bus sur Côte-des-Neiges en semaine. Avec une vigilance policière appropriée, et des panneaux de signalisation annonçant cela aux deux entrées du parc pour les véhicules. On ne toucherait pas ainsi aux aménagements essentiels du parc et il continuerait d’être possible de montrer aux visiteurs les trois belvédères (Westmount, Chalet et Est) en un seul parcours sur la montagne.

Soyons logiques et pratiques tout en pensant aux gens, en particulier les moins jeunes ou ceux mal desservis par le transport en commun, pour qui l’accès et la jouissance de ce lieu impliquent l’utilisation d’une automobile.
 


Participez au débat!

Pour ne rien manquer de nos textes d’opinion, dont plusieurs sont en exclusivité sur le Web, et aller plus loin dans le débat, suivez notre page Facebook Opinion.

1 commentaire
  • Denis Paquette - Abonné 24 mars 2018 09 h 41

    Un endroit unique que peut être faut-il sauver dela convoitise de tous les batisseurs de projets

    et un site qu'il serait dommage de saccager, les amérindiens ne voyaient-il pas le Mont Royal comme unn endroit unique, encore aujourd'hui malgé l'appropriation des riches n'est il pas un endroit nique, peut-etrefaudrait-il pencé la montagne de part en part pour permettre a la population de pouvoir le traverser facilement a quoi servirait toutes les thecnique si nous pouvons pas nous en servir pour sauver cette endroit extra ordinaire