L’accès au mont Royal

La Ville de Montréal et Luc Ferrandez, responsable des grands parcs, semblent avoir bien compris la nécessité d’arrêter le transit automobile à travers le parc du Mont-Royal. Par contre, la solution proposée est trop radicale et négative. En arrêtant la circulation aux deux stationnements de la Maison Smith et du lac aux Castors pour les voitures venant de l’est et de l’ouest, sans pouvoir aller plus loin, on coupe toute possibilité de traverser la montagne sinon pour les autobus, les services publics et les cortèges funèbres. Les visiteurs stoppés au lac aux Castors devront donc marcher 500 mètres de plus pour rejoindre la Maison Smith vers le chalet du belvédère, comme ceux venant de l’est qui voudraient aller au lac aux Castors ou à son chalet ! Il semble qu’un accès partiel pourrait être envisagé entre les deux ?

La solution que j’avais proposée, quand l’affaire avait éclaté à la suite de l’accident qui avait coûté la vie à un jeune cycliste en octobre dernier, évitait d’emblée cette punition draconienne pour tous. L’aller-retour au lac aux Castors ou au belvédère Camillien-Houde restera libre, et toutes les voitures voulant traverser le parc pourront le faire en passant cependant par le stationnement de la Maison Smith, où les visiteurs se garent normalement, mais où les transitaires devront s’arrêter pour payer une somme nominale minimale, une sorte de « péage », mais aussi en subir le retard, ce qui pourrait bien les faire éviter ce « plaisir de traverser la montagne » comme ils disent ! Par contre, les visiteurs s’étant déjà stationnés au lac aux Castors ou au belvédère Camillien-Houde pourront passer outre en montrant leur billet. Et évidemment, les bus, cortèges, etc. auront toujours accès à une voie contrôlée sans péage. Voilà, aussi simple que ça ! En fait non, notre ami Clément Demers a proposé un contrôle encore plus simple grâce à des capteurs aux deux entrées, capables par photo de mesurer le temps de traversée de chaque véhicule et d’envoyer une contravention en cas d’infraction à la vitesse permise. Mais, même à seulement 30 km/h, il ne faudrait que 10 minutes pour faire les quelque 4 kilomètres de distance, insuffisant pour décourager beaucoup de transitaires !

Évidemment, les travaux de réaménagement des voies Camillien-Houde et Remembrance — dont son échangeur ! —, attendus depuis trop longtemps, trouveraient enfin une occasion de se voir réalisés en complément nécessaire à cette intervention on ne peut plus simple. On y reviendra.

4 commentaires
  • Bernard Terreault - Abonné 20 mars 2018 08 h 51

    'Une punition draconienne'

    C'est ainsi que M. Décarie qualifie une marche de ... 500 mètres ! Une marche qui me prend 7-8 minutes à 77 ans, qui prendrait 10 minutes à certains handicapés en fauteuil roulant que je côtoie dans mon quartier.

  • François Beaulé - Abonné 20 mars 2018 09 h 35

    Mauvaise idée

    Faire passer les transitaires par le stationnement augmenterait les risques d'accident dont les victimes pourraient être des piétons allant et venant de leurs véhicules stationnés. À rejeter.

    Il faut tout simplement imposer un véritable péage aux entrées est et ouest. Et réduire d'autant le tarif du stationnement.

  • Serge Lamarche - Abonné 20 mars 2018 15 h 40

    Accès aux vélos

    Le vélo est bien mieux qu'à pied. Le vélo électrique monte très bien les pentes.

  • Denis Paquette - Abonné 21 mars 2018 03 h 17

    Le Mont-Royale le grand oublié de notre histoire

    Quand allons-nous comprendre que le Mont Royale est un de nos joyaux, qu'il mérite que l'on en prenne soin, peut être faudrait-il, y percer un tunel de part et d'autre pour enlever l'envie aux pressés de s'en servir comme facilité ,combien de ville dans le monde serait fier de posséder un tel joyaux ,sommes nous si individualiste et money a tout prix, pour qu'il nous indiffère totalement , meme s'il fait parti de notre histoire, ,les indiens en savaient son importance, comme lieu d'observation ca leur permettait de visualiser toutes les activités de la région, avant les grandes chutes qui se trouvaint a être une frontiere naturelle, nous y avons corriger ces difficultée mais nous y avons oublié le Mont Royal, quelle incurie de nos hommes politiques, n'ayant pas le sens de l'histoire