Pour la liberté de choix des parents

Dans ces pages, l’éditorialiste Robert Dutrisac s’est inquiété à grands coups d’invectives gratuites — « anarchique ! inconscience ! basses oeuvres ! » — du développement du réseau des services de garde éducatifs au Québec. Afin de rassurer les parents, il m’apparaît nécessaire de rétablir les faits.

L’éditorialiste laisse entendre que notre gouvernement est le champion des garderies privées. Ce titre devrait pourtant revenir au Parti québécois. Les chiffres seuls le prouvent : entre septembre 2012 et avril 2014, le gouvernement péquiste de l’époque a créé 19 000 places au total, dont 9 % seulement dans les CPE. En 18 mois, ce sont 15 000 places non subventionnées qui ont été créées dans le réseau par le Parti québécois, qui se drape hypocritement dans son dogme pour défendre le réseau des CPE sans livrer la marchandise. Au 31 janvier dernier, notre gouvernement avait créé, depuis avril 2014, 26 % de ses 31 000 places dans les CPE et 37 % dans des services de garde subventionnés. Nous avons annoncé la semaine dernière 5800 places subventionnées créées ou « facilitées » au Québec, dont 85 % dans les CPE. Il n’y a qu’une idéologie derrière tout cela : offrir une liberté de choix aux parents. Nous développons chaque place à la bonne place. Le ministère de la Famille a conçu, grâce à une analyse rigoureuse des données démographiques, un nouvel outil cartographique qui nous permet de répondre aux besoins réels des familles dans toutes nos régions. C’est là qu’on voit la pensée unique du Parti québécois apparaître : hors des CPE, point de salut, même si les actions du gouvernement Marois disent le contraire. Pour le Parti québécois, les autres options offertes aux parents ne sont pas valables. On constate aussi aisément la grande préférence de la Coalition avenir Québec, qui n’admire que le modèle d’affaires des garderies privées non subventionnées. Notre gouvernement est profondément convaincu que les parents sont les mieux placés pour savoir ce qui est bon pour leurs enfants. Ce n’est ni au gouvernement, ni aux éditorialistes, ni aux lobbyistes de dire aux familles quoi faire, ni comment, quant à la garde de leurs tout-petits. Comme ministre de la Famille, je m’affaire à offrir aux parents de toutes les régions du Québec un éventail d’options afin qu’ils sélectionnent le service de garde correspondant le mieux à leurs besoins ; CPE, garderie subventionnée ou non, ou milieu familial. C’est de cette façon que nous développons l’ensemble du réseau, et c’est ce que nous continuerons à faire.

Réplique de l’éditorialiste

Les chiffres qu’utilise le ministre sont erronés. Pour arriver à ce nombre de 19 000 nouvelles places créées sous le gouvernement Marois dans des garderies non subventionnées, il faut puiser dans les places autorisées par le gouvernement Charest. Rappelons au ministre et à son cabinet que le gouvernement Marois a été élu le 19 septembre 2012. On voudrait donc lui imputer des places créées pour la rentrée de septembre, quelques semaines plus tôt ? Ce n’est pas sérieux. On peut affirmer sans mentir qu’il s’est créé 7359 places dans les garderies non subventionnées sous le gouvernement Marois. Ce sont là les données de son propre ministère. Quant au développement « anarchique » des places dans ces garderies commerciales, nous devons féliciter le ministre qui, à l’instar de son prédécesseur Sébastien Proulx, s’est attelé à corriger la situation grâce à « un nouvel outil cartographique » et à « une analyse rigoureuse des données démographiques ».

Robert Dutrisac


NDLR:
Le cabinet du ministre nous fait parvenir la déclaration suivante:
Les chiffres avancés par le ministre sont rigoureusement exacts :
Entre septembre 2012 et avril 2014, 19 408 places ont été mises sous permis, dont : 1 725 en CPE (8,9 %) et 2 422 en garderies subventionnées (12,5 %)
Total subventionnées : 4 147 (21,4 %)
+
15 223 en garderies non subventionnées (78,4 %)
On peut également cerner les dates comme le fait votre éditorialiste, ce qui nous mène à la même conclusion :  
Entre le 19 septembre 2012 et le 4 avril 2014, 18 655 places ont été mises sous permis, dont :
1 582 en CPE (8,5 %) et 2 422 en garderies subventionnées (13 %) (aucun changement) Total subventionnées : 4 004 (21,5 %)
+
14 613 en garderies non subventionnées (78,3 %)

RÉPONSE DE ROBERT DUTRISAC
Je persiste à affirmer qu’on ne peut imputer au gouvernement Marois la création de places dans des garderies non-subventionnées de mars 2012 à mars 2013 - une année record - et ce, même pour les places créées après le 19 septembre 2012. Pour la plupart, ces places avaient fait l’objet de demandes auprès du ministère de la part des promoteurs et d’échanges en vue de la délivrance des permis bien avant le changement de gouvernement.
Robert Dutrisac

 



À voir en vidéo