Point de rupture

À la suite des controverses suscitées par son habillement lors de son dernier voyage en Inde, l’image du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, qui reflétait le symbole de la vedette partout où il allait à l’international, se dresse comme un point de rupture avec les électeurs canadiens. La lune de miel de Justin Trudeau avec l’électorat a vraisemblablement pris fin en Inde.

C’est du moins ce que nous révèle le dernier sondage Léger, qui nous indique que 66 % des personnes sondées considèrent que le voyage de Trudeau en Inde est un échec, et qui place désormais le PLQ et le PCC d’Andrew Scheer à égalité, avec chacun 38 % des intentions de vote.

Dans la pensée d’Erving Goffman, un éminent sociologue et linguiste américain d’origine canadienne, pour le politicien, l’image correspond à la représentation que lui-même se fait de ce qu’il croit être un bon politicien, de même qu’à la représentation qu’il pense que le public s’en fait. Dans ces circonstances, force est d’admettre que Justin Trudeau a erré lors de son voyage en Inde, notamment eu égard « à la représentation que lui-même se fait de ce qu’il croit être un bon politicien ».

Un manque de jugement pour le moins inquiétant de la part de celui qui est à la tête d’un pays et qui devrait, en principe, faire preuve de clairvoyance et de discernement dans ses comportements trop souvent inacceptables dans ses voyages à l’étranger, notamment en se pliant ingénument et inopportunément aux us et coutumes des pays qu’il visite.