BAnQ cible mal sa clientèle

Bibliothèque et Archives nationales n’a pas besoin de faire de la publicité pour les enfants, comme dans les journaux aujourd’hui. Ces derniers remplissent toujours l’étage du sous-sol les fins de semaine et a fortiori durant la semaine de relâche. Les parents veillent… C’est aux ados qu’elle devrait plutôt adresser ses messages publicitaires. Et davantage à la télévision et sur Internet. Car les adolescents ne lisent pas les journaux. J’en sais quelque chose ayant oeuvré des années durant auprès d’eux. Pourtant, la Grande Bibliothèque possède plusieurs rayons consacrés à la littérature jeunesse expressément pour eux. Et des livres de qualité. On ne les voit que rarement là, malheureusement. Que fait le gouvernement pour eux ? Pas grand-chose. Il pourrait au moins enrichir davantage les bibliothèques scolaires et rendre obligatoire dans le corpus des écoles la lecture de petits (et même de grands) romans québécois, qui pullulent. Et organiser des visites fréquentes dans les bibliothèques publiques, voire à la Grande Bibliothèque, pour les jeunes montréalais. Nos ados doivent sortir de l’ignorance de la langue et de la littérature.