Un médecin recherché pour devenir ministre de la Santé

Depuis longtemps, le Parti libéral fait élire un médecin qui devient ensuite ministre de la Santé. Selon ce principe, un professeur est le mieux placé pour être ministre de l’Éducation, un ingénieur celui de l’Industrie, un chauffeur de camion celui du Transport et un comptable celui des Finances.

Peut-être suis-je à côté de la plaque en pensant que je suis appelé aux urnes pour choisir des hommes et des femmes proches des citoyens, visionnaires et porteurs de projets à réaliser. Des hommes et des femmes politiques, et non pas des techniciens et des spécialistes.

Certains vont dire qu’un médecin connaît mieux que n’importe qui comment le système fonctionne.

En conséquence, il est bien placé pour trouver des solutions. Mais, un autre comme moi pense au contraire qu’on voit plus clair en s’éloignant, et seul un député visionnaire avec des idées claires est en mesure d’apporter les changements. Ce n’est pas les spécialistes qui manquent, au cas d’éventuel besoin, pour mettre sa politique en oeuvre.

2 commentaires
  • Gilles Delisle - Abonné 24 février 2018 08 h 19

    M. Jamali a tout à fait raison!

    Au prochain gouvernement, puisqu'il y aura un vrai gouvernement la prochaine fois, nommez qui vous voulez, mais de grâce, plus jamais un médecin comme Ministre de la Santé, qui voudra réformer ce ministère, et comme les autres, il ne fera que favoriser sa clique et tout saccager comme le font si bien les " bons docteurs" qui nous dirige.

  • Jean-Pierre Martel - Abonné 24 février 2018 14 h 06

    Un exemple

    À l’appui de là thèse de M. Hassan Jamali, je rappelle que le meilleur ministre de l’agriculture du Québec, le ministre péquiste Jean Garon, n'était pas un agriculteur.