Infantilisme et médiocrité

Sa conjointe a poussé l’ingénuité jusqu’à se teindre un point entre les deux yeux, sans doute ce point qui symbolise en Inde le troisième oeil. Quant à lui, il a revêtu une tenue traditionnelle indienne.

Justin Trudeau est arrivé en Inde pour un voyage officiel d’une semaine. Si son habitude de se costumer fait rire, elle illustre l’infantilisme du personnage. Des psychologues expliquent pourquoi un enfant aime à se déguiser : il veut se sentir fort, vivre ses pulsions, se dissimuler, se métamorphoser… Mais si un enfant a besoin de se déguiser pour s’adapter mentalement aux transformations devant le mener à l’âge adulte, est-ce nécessaire de la part d’un homme qui a 46 ans et est premier ministre du Canada ?

Les médiocres ont pris le pouvoir, prétendait il y a quelques années le philosophe Alain Deneault dans son ouvrage La médiocratie. Il avait peut-être raison.

1 commentaire
  • Luc Le Blanc - Abonné 23 février 2018 13 h 50

    Justin Zelig

    Justin c'est un peu notre Zelig. Immature et nourri au multiculturalisme de papa, il n'a pas d'identité propre, il est un peu tout le monde dans ce rêve Canadian mondialisé. En grand besoin d'amour et d'approbation, il s'invente une appartenance en se déguisant en ses hôtes, qui ont la politesse de ne pas le trouver ridicule. Il n'y a qu'au carnaval de Québec que les enseignements de papa lui interdisent de se déguiser en patriote.