AIEQ et spécialistes: deux poids, deux mesures

Lundi 12 février, à la une du Devoir, on peut lire : « Diplomatie : Québec sabre le budget des études québécoises ». Il est question ici de l’AIEQ, l’Association internationale des études québécoises, un organisme à but non lucratif qui a pour mandat de faire rayonner le Québec et sa culture à l’étranger. Le budget en question serait réduit de 40 %, passant de 135 000 $ à 83 000 $. Notons qu’il était de 230 000 $ il y a à peine trois ans. On veut ainsi amener cet organisme à but non lucratif à augmenter son autofinancement. Il faut savoir que l’AIEQ anime un réseau qui se déploie dans 230 lieux différents répartis dans 33 pays. Il y arrive, malgré son budget déjà ridicule, en s’appuyant sur un formidable réseau de centaines de chercheurs, de professeurs, d’étudiants et d’artistes au Québec et partout dans le monde. Ce réseau est composé de bénévoles, est-il nécessaire de préciser. Comme retour sur l’investissement, il me semble que c’est pas mal. Mais ceux qui nous gouvernent, malgré leurs beaux discours, n’ont aucune ambition pour le Québec et son peuple. Ils n’en ont que pour l’économie et leur réélection.

En après-midi, ce même 12 février, j’apprends que le gouvernement Couillard va verser 500 millions — vous avez bien lu — de dollars aux médecins spécialistes avant le 31 mars tel que prévu à une entente dont nous, simples citoyens contribuables, n’arrivons pas à connaître le contenu. Cela représente une augmentation moyenne de 50 000 $ versée à chacun des 10 000 spécialistes que compte le Québec. Nombre de Québécois travaillant à plein temps ne gagnent même pas annuellement ce montant.

Mais on nous prend pour qui ? Les connivences et les partis pris sont tellement flagrants que c’en est révoltant.

Il y a vraiment de quoi être dégoûté.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.