Lettre à Lucien Bouchard

Mon cher Lucien,

En 2002, dans une lettre que tu as fait publier, tu déplorais « les avanies qu’on vient d’infliger » à une personne, Charles Dutoit, que tu estimais au plus haut point. Tu souhaitais un « geste réparateur à l’endroit d’un homme de coeur, blessé dans sa dignité d’homme et son intégrité ». Aujourd’hui, je reprends tes mots pour t’inviter à réparer les avanies, il n’y a pas de meilleur mot, qui ont été infligées à Yves Michaud.

Au fond de toi-même, tu admets l’injustice dont il fut victime. Du même coup, c’est l’institution, symbole de notre vie démocratique, qui a été gravement atteinte. Tu le sais très bien et, pourtant, depuis près de vingt ans, tu t’enfermes dans une mauvaise humeur de politicien contrarié.

Tu te proposes de créer à l’OSM « une atmosphère d’harmonie » et de maintenir un « climat de respect », pourquoi ne pas profiter de cet élan de sagesse pour t’excuser haut et fort des injustices commises à l’endroit d’Yves Michaud?

À voir en vidéo